Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In Christ Our Hope

Le poids de nos fautes (2/2)

Le poids de nos fautes (2/2)

La Nouvelle Alliance ne change pas le poids de nos fautes.

Plus encore que dans l’Ancienne, le chrétien devrait être conscient du poids de ses fautes. Loin de nous amener à la légèreté, la purification accomplie dans le tabernacle céleste par l’Agneau de Dieu (Jésus-Christ), devrait produire en nous une sanctification plus forte. Pourquoi est-ce que je peux affirmer que la mort de Christ devrait nous entrainer dans une recherche plus intense de la sainteté ? Tout simplement parce que nous comprenons que malgré la multiplicité des cérémonies de l’Ancienne Alliance, le poids de nos fautes était bien trop grand pour être ôté par ce simple sang d’animaux. Nos péchés étaient tellement pesants et notre besoin de purification si grand que seul le sang précieux du Fils de Dieu venu lui-même dans un corps d’homme pouvait effacer nos transgressions. Par là nous comprenons notre besoin pressant de sainteté, mais aussi l’ampleur de nos transgressions.

Malheureusement beaucoup aujourd’hui parlent de la grâce de Dieu à tout égard. Ils oublient que la rédemption des hommes en Jésus-Christ, manifestation de la Grâce de Dieu, bien que préparée depuis toute éternité, ne s’est pourtant pas faite sans la venue des milliers d’années plus tôt de la Loi. Dieu a d’abord envoyé la Loi avant la manifestation de Sa grâce. La Loi avait pour but de révéler l’état pécheur de la création et la grâce d’ôter cette culpabilité pour toujours par le sang de Jésus.

Ainsi parler de la grâce de Dieu à une âme qui se plait dans son péché et ne veut pas en sortir est le pire blasphème que vous pourriez faire. Une telle personne a besoin de comprendre la conséquence, le poids des actes qu’elle pose. Il n’est donc pas étonnant pour ceux qui se contentent de dire à leur prochain : « Jésus a payé pour tes péchés ! » de l’entendre leur répondre : « Pour mes péchés ? Pourquoi payer pour mes péchés ? » Et les plus polis de leur dire : « Ok. Il était vraiment cool ce Jésus ! »

Nous avons besoin de comprendre et d’amener notre entourage à comprendre combien la situation de péché est dégoûtante. Ceci afin que la prédication de la croix ne soit pas vidée de sa force.  Et c’est lorsque d’elle-même l’âme abattue comprend le fardeau que représentent ses transgressions, lorsqu’elle est accablée par son péché comme cette dame surprise en flagrant délit d’adultère prête d’être lapidée par une foule réclamant justice, que la puissance de la grâce prend tout son sens pour elle. Inverser l’ordre des choses reviendrait à s’écarter de la pensée de Dieu, et divulguer un message dans lequel le christianisme ne serait plus qu’un bonus pour les plus nécessiteux. Or Christ est mort pour tous, car tous avaient besoin du rachat pour leurs fautes.

«Jésus a payé pour nos péchés », nous sommes d’accord là-dessus. Seulement le poids de nos péchés n’a pas changé, si ce n’est simplement que Christ les a pris sur Lui. C’est pour nos péchés qu’il a été percé, c’est pour nos fautes qu’il a été brisé1. Prendre conscience de ce que Christ a porté sur ses épaules, une fois pour toutes, nous aide à demeurer dans une vie sainte.
Nous devons réellement prendre conscience du poids de nos fautes; non pour nous accabler, mais pour nous en détourner.


[1]Esaïe 53.5

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article