Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In Christ Our Hope

Dieu, un secours dans la détresse (2/3)

Le message précédent faisait étalage du fait que Dieu est pour nous un refuge lors de nos détresses. Je me propose dans la suite de cette série de démontrer qu’il y a au moins deux raisons qui devraient nous donner la certitude que Dieu est et sera toujours pour nous un refuge dans nos détresses.

 

Dieu agit dans nos détresses par amour pour ses enfants.

Lorsque nous lisons les Ecritures, Dieu se révèle à nous comme un Père. Il dit à David en parlant de Salomon : « Je serai pour lui un père et il sera pour moi un fils. » Cette parole qui s’appliquait au fils de David s’applique aujourd’hui à sa descendance et ceux qui sont héritiers de la promesse d’Abraham.
Au travers des Ecritures et de la parabole du fils prodigue racontée par Jésus, Dieu se révèle à nous comme un Père. Alors si vous avez cru, gravez cette parole que le Seigneur vous communique aujourd’hui : « Je ne suis pas un tyran. Je ne suis pas un bourreau. Je suis encore moins un sadique. Je suis pour toi un père et tu es mon enfant. »

Dieu, un secours dans la détresse (2/3)

Si nous avions réellement gardé dans nos cœurs cette parole du Seigneur, combien nous pourrions être paisibles au milieu de la tempête! Combien nous pourrions persévérer dans l’épreuve et ne pas marcher par la vue! Nous pourrions nous reposer et dire : « Mon père m’aime. Mon père tire son plaisir en moi. Alors il me soutiendra. Je sais qu’il me délivrera. » Mais au lieu de cela, l’eau qui envahit la barque nous entraîne dans une profonde détresse et nous oublions que la maison du Père est une maison de tranquillité et un refuge pour tous ceux qui espèrent en Lui.

Depuis l’histoire du peuple d’Israël, Dieu nous montre comment dans Sa fidélité il subvient aux besoins de son peuple. Ils étaient en Egypte sous l’esclavage de pharaon. Dieu a entendu leurs cris de douleur et a envoyé son ange les secourir. Cet ange est l’image de Jésus. Ils sont sortis du désert et ont vu les eaux amères de Mara. Alors Moïse a jeté un bois dans cette eau qui est devenue douce. Ce bois est une image de la croix, par laquelle nos vies amères sont libérées du péché et rendues douces devant le Père. Ils ont pleuré affamés et Dieu leur a envoyé la manne, image de la manne cachée qui est Jésus. Assoiffés ils crièrent à l’Eternel, et celui-ci les délivra de toutes leurs douleurs. Moïse frappa le rocher et de l’eau en sortit. Ce rocher spirituel qui suivait Israël était le Christ.

Dieu a répondu aux besoins d’Israël de jour en jour. Dans leur détresse, ils ont crié à l’Eternel, et il les délivra de leurs angoisses. Psaumes 107.28 Pourquoi se préoccupait-il d’eux ? Pourquoi malgré leurs murmures qui l’irritaient l’Eternel étendait pourtant sur eux sa protection par la puissance de Christ ? Simplement parce que Dieu aimait Israël. Comme un nourrisson qu’un Père porte tendrement à ses joues, le Père aimait Israël. C’est pourquoi il dit plus tard : « Je t’aime d’un amour éternel. » Jérémie 31.3

Combien nos vies seraient différentes si nous avions compris tout l’amour que le Père a pour nous! Combien nous serions plein de confiance si nous comprenions que Ses yeux pleins de tendresse sont posés sur nous et que même les cheveux de notre tête, qui pour nous n’ont pourtant pas grande importance, sont comptés par le Père. Et combien dans son amour, il répond à nos détresses et sait nous secourir.

Parmi celles qui ont expérimenté ce secours, on peut compter Sara, l’épouse d’Abraham. Sara était stérile et qui plus est, en âge avancé. Elle dit à Abraham que c’est Dieu qui l’a empêché d’avoir une progéniture. Aujourd’hui peut-être êtes-vous comme cette femme qui devant votre détresse avez perdu tout espoir et vous vous demandez peut-être bien où se trouve Dieu. Sara était pleine de honte devant sa servante Agar. Elle en était réduite à pousser sa servante dans les bras d’Abraham afin d’avoir une progéniture. Mais le Seigneur parla à Sara. Au plus profond de son cœur elle crut que Dieu pouvait lui apporter une solution. Elle mit sa confiance en Dieu et elle fut convaincue que celui qui a fait la promesse est fidèle. C’est alors que dans son incapacité Dieu la rendit capable et qu’elle enfanta Isaac. Dieu réalisa un miracle non seulement au niveau de sa vie de façon générale mais aussi de son corps. Une femme stérile qui fut rendue capable d’enfanter.

Aujourd’hui vous vivez peut-être la stérilité dans un quelconque domaine de votre vie. Vous attendez la parole de Dieu et vous êtes même porté à dire : « Dieu, où es-tu ? Je ne te vois pas. Je ne t’entends pas. Je suis complètement perdu et découragé. »

Agissez comme Sara et placez toute votre confiance en Dieu. Dites-lui : « Même si je ne te vois pas, je sais que tu es à l’œuvre. Car tu l’as promis et tu m’aimes. Je sais que tu veilles sur moi. Je ne veux pas chercher à raisonner et je veux seulement croire en ta Parole. Alors je mets ma foi en action comme Sara le fit. Ceci prendra le temps qu’il faudra, mais tu agiras car tu es fidèle. »

Dieu n’abandonnera pas ceux qui lui font ainsi une confiance totale. Nous trébuchons parce que nous gardons Dieu comme une vieille issue de secours au fond de notre sac, au lieu de le mettre comme notre seule issue. C’est lorsque nous dirons à Dieu : « Seigneur tu es ma seule issue. Je n’ai personne d’autre que toi et je ne veux aucune voie si ce n’est la tienne » que Dieu agira. 

Alors nous pourrons élever ces chants de louange comme le psalmiste : « Du haut du ciel il étend sa main pour me prendre, me retirer de grosses eaux, m’arracher à mes adversaires, à mes rivaux plus forts que moi. …l’Eternel a été mon appui. Il m’a retiré du danger, il m’a délivré, car il m’aime. » Psaumes 18.17-20

Dieu nous aime et demeure un bouclier pour ceux qui se confient en Lui. Cette pensée suffit à passer l’épreuve dans l’assurance, en gardant le regard sur le Père qui dans son amour tient fermement la main de son enfant afin que celui ne trébuche point. 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article