Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In Christ Our Hope

La folie de la croix: la croix, folie depuis des générations (1/4)

La folie de la croix: la croix, folie depuis des générations (1/4)

« En effet la prédication de la mort du Christ sur une croix est une folie aux yeux de ceux qui se perdent. Mais pour nous qui sommes sauvés, elle est la puissance même de Dieu.» 1 Corinthiens 1.18

 

Deux mille ans plus tôt, un homme est mort sur une croix. Frappé par des hommes impies et après avoir supporté toutes sortes d’affronts, il rendit l’âme suspendu à ce bois au milieu d’atroces souffrances et des lamentations de ses disciples les plus fidèles. Cet homme est celui par qui le Christianisme a vu le jour : Jésus-Christ.

Homme mais aussi Dieu, Jésus est le Fils Dieu ayant revêtu une forme humaine, mort sur cette croix afin de sauver la création de ses péchés. Une telle conception est pour plusieurs une utopie, pour d’autres une aberration ou un blasphème, pour d’autres encore une espérance sans substance. Comment concevoir que la divinité puisse revêtir l’humanité, comment concevoir que « Dieu » puisse trouver la mort ? Ainsi raisonnent ceux pour qui la croix est un scandale, et la prédication du Christ mort sur une Croix demeure une folie pour plusieurs aujourd’hui encore. Déjà à son époque, l’apôtre Paul écrit : « Nous prêchons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les païens.» 1 Corinthiens 1.23

Si la croix n’a été manifeste qu’il y a deux mille ans, le message qu’elle annonce est une folie depuis bien longtemps.



1. La croix : folie depuis des générations.

Plusieurs années auparavant, le peuple de Dieu fut retenu esclave en Egypte. Le dernier des dix fléaux qui a frappé la nation égyptienne a nécessité un sacrifice. Avant la venue du fléau, Moïse dit en effet aux responsables d’Israël :

« Allez chercher un agneau ou un chevreau par famille, prenez-le et immolez-le comme agneau pascal. Ensuite, vous prendrez un bouquet d’hysope, vous le tremperez dans le bassin contenant le sang de l’animal et vous en badigeonnerez le linteau et les deux montants de vos portes. […]

L’Eternel parcourra l’Egypte pour la frapper. Quand il verra le sang sur le linteau et sur les deux montants de la porte, il passera par-dessus et ne permettra pas au destructeur de pénétrer dans votre maison pour porter ses coups. » Exode 12.21-23

L’agneau immolé et son sang répandu sur les portes était la vie salvatrice offerte pour la rédemption d’un peuple pécheur. Cet agneau préfigure l’agneau parfait qui est venu bien après en la personne de Jésus-Christ selon qu’il est dit : « Christ, notre agneau pascal a été immolé… » 1 Corinthiens 5.7

Si au temps d’Israël un concitoyen égyptien avait parcouru les rues ce soir-là et demandé aux Israélites pourquoi cette cérémonie et qu’ils lui avaient répondu : « Nous répandons du sang sur nos portes afin que le destructeur nous épargne», l’égyptien aurait sûrement éclaté de rire.
Du moins les plus polis auraient souri et les plus indignés auraient rétorqué à Moïse : « Comment toi, instruit dans toute la science des Egyptiens peux-tu laisser libre cours à des pratiques aussi folles, et qui plus est les encourager ? »

Depuis toujours, la croix a été une folie. Une folie pour ceux qui périssent… mais une puissance pour ceux qui sont sauvés.

 

2. La croix : source de salut pour les générations

L’Eternel a abattu son jugement en Egypte et fait mourir tous les premiers-nés des familles égyptiennes. Le sang de l’agneau a été source de salut pour le peuple d’Israël qui a été épargné par le destructeur, mais aussi pour tous leurs enfants, qui n’ont cessé de se commémorer la Pâque.

Même si elle est folie depuis des générations, aujourd’hui encore la Croix de Christ est source de salut pour les nations. Le sang de l’agneau badigeonné sur les montants des portes qui protège de la colère du destructeur, trouve pour l’âme pécheresse accomplissement en Jésus-Christ en ce que les péchés du cœur qui se repent sont couverts par le sang de Jésus. L’homme ne pouvant venir à Dieu de par ses souillures c’est Dieu qui est allé vers l’homme, et seul un homme pouvant payer pour un autre homme, Dieu est venu sous une forme humaine. La croix est donc le lieu où le Fils de Dieu (celui qui est sorti de Dieu) trouva la mort afin que les fils des hommes puissent trouver la vie. La croix est le lieu de l’abondance de l’amour de Dieu pour vous et le lieu d’expiation de vos fautes les plus secrètes par un homme qui n’avait commis aucune transgression (Jésus). Elle est source de libération pour vous aujourd’hui, si vous disposez votre cœur à écouter la voix de l’Eternel et lui obéir.

C’est lorsque l’Egypte a été frappée par le jugement de Dieu que tous les Egyptiens ont reconnu la puissance salvatrice du sang de l’agneau. Lorsque le jugement de Dieu s’abattra sur cette terre, tout œil verra Christ, même ceux qui l’ont transpercé. C’est alors que toute langue confessera que Jésus est le seul chemin de salut vers le Père.

Cette croix qui est chère pour les âmes qui espèrent en Dieu, qui est la source de leur espérance et leur unique bagage dans leur course ici-bas, sera à ce moment leur plus grand bien. La nuit sera passée, Dieu essuiera toute larme des yeux de ses enfants. Les âmes fidèles seront pour toujours avec le Seigneur - le Dieu aimant qu’ils ont toujours servi dignement, et ils l’exalteront sans cesse, par des hymnes et des cantiques d’adoration éternelle.

 

« En effet la prédication de la mort du Christ sur une croix est une folie aux yeux de ceux qui se perdent. Mais pour nous qui sommes sauvés, elle est la puissance même de Dieu.» 1 Corinthiens 1.18

Deux mille ans plus tôt, un homme est mort sur une croix. Frappé par des hommes impies et après avoir supporté toutes sortes d’affronts, il rendit l’âme suspendu à ce bois au milieu d’atroces souffrances et des lamentations de ses disciples les plus fidèles. Cet homme est celui par qui le Christianisme a vu le jour : Jésus-Christ.

Homme mais aussi Dieu, Jésus est le Fils Dieu ayant revêtu une forme humaine, mort sur cette croix afin de sauver la création de ses péchés. Une telle conception est pour plusieurs une utopie, pour d’autres une aberration ou un blasphème, pour d’autres encore une espérance sans substance. Comment concevoir que la divinité puisse revêtir l’humanité, comment concevoir que « Dieu » puisse trouver la mort ? Ainsi raisonnent ceux pour qui la croix est un scandale, et la prédication du Christ mort sur une Croix demeure une folie pour plusieurs aujourd’hui encore. Déjà à son époque, l’apôtre Paul écrit : « Nous prêchons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les païens.» 1 Corinthiens 1.23

Si la croix n’a été manifeste qu’il y a deux mille ans, le message qu’elle annonce est une folie depuis bien longtemps.



1. La croix : folie depuis des générations.

Plusieurs années plus tôt, le peuple de Dieu fut retenu esclave en Egypte. Le dernier des dix fléaux qui a frappé l’Egypte a nécessité un sacrifice. Moïse dit aux responsables d’Israël :

« Allez chercher un agneau ou un chevreau par famille, prenez-le et immolez-le comme agneau pascal. Ensuite, vous prendrez un bouquet d’hysope, vous le tremperez dans le bassin contenant le sang de l’animal et vous en badigeonnerez le linteau et les deux montants de vos portes. […]

L’Eternel parcourra l’Egypte pour la frapper. Quand il verra le sang sur le linteau et sur les deux montants de la porte, il passera par-dessus et ne permettra pas au destructeur de pénétrer dans votre maison pour porter ses coups. » Exode 12.21-23

L’agneau immolé et son sang répandu sur les portes était la vie salvatrice offerte pour la rédemption d’un peuple pécheur. Cet agneau préfigure l’agneau parfait qui est venu bien après en la personne de Jésus-Christ selon qu’il est dit : « Christ, notre agneau pascal a été immolé… » 1 Corinthiens 5.7

Si au temps d’Israël un concitoyen égyptien avait parcouru les rues ce soir-là et demandé aux Israélites pourquoi cette cérémonie et qu’ils lui avaient répondu : « Nous répandons du sang sur nos portes afin que le destructeur nous épargne», l’égyptien aurait sûrement éclaté de rire.
Du moins les plus polis auraient souri et les plus indignés auraient rétorqué à Moïse : « Comment toi, instruit dans toute la science des Egyptiens peux-tu laisser libre cours à des pratiques aussi folles, et qui plus est les encourager ? »

Depuis toujours, la croix a été une folie. Une folie pour ceux qui périssent… mais une puissance pour ceux qui sont sauvés.

2. La croix : source de salut pour les générations

L’Eternel a abattu son jugement en Egypte et fait mourir tous les premiers-nés des familles égyptiennes. Le sang de l’agneau a été source de salut pour le peuple d’Israël qui a été épargné par le destructeur, mais aussi pour tous leurs enfants, qui n’ont cessé de se commémorer la Pâque.

Même si elle est folie depuis des générations, aujourd’hui encore la Croix de Christ est source de salut pour les nations. Le sang de l’agneau badigeonné sur les montants des portes qui protège de la colère du destructeur, trouve pour l’âme pécheresse accomplissement en Jésus-Christ en ce que les péchés du cœur qui se repent sont couverts par le sang de Jésus. Penser à un Messie qui meurt au milieu de deux meurtriers serait impensable si nous estimons que le besoin de Dieu était de nous époustoufler par une royauté comme nous l’avons toujours connue ici bas. Seulement Christ est venu pour le besoin ultime de l’homme : son salut et la libération du péché. L’homme ne pouvant venir à Dieu de par ses souillures c’est Dieu qui est allé vers l’homme, et seul un homme pouvant payer pour un autre homme, Dieu est venu sous une forme humaine. La croix est donc le lieu où le Fils de Dieu (celui qui est sorti de Dieu) trouva la mort afin que les fils des hommes trouvent la vie. Elle est le lieu de l’abondance de l’amour de Dieu pour vous et le lieu d’expiation de vos fautes les plus intimes par un homme qui n’avait commis aucune transgression. La croix est source de libération pour vous aujourd’hui, si vous disposez votre cœur à écouter la voix de l’Eternel et lui obéir.

C’est lorsque l’Egypte a été frappée par le jugement de Dieu que tous les Egyptiens ont reconnu la puissance salvatrice du sang de l’agneau. Lorsque le jugement de Dieu s’abattra sur cette terre, tout œil verra Christ, même ceux qui l’ont transpercé. C’est alors que toute langue confessera que Jésus est le seul chemin de salut vers le Père.

Cette croix qui est chère pour les âmes qui espèrent en Dieu, qui est la source de leur espérance et leur unique bagage dans leur course ici-bas, sera à ce moment leur plus grand bien. La nuit sera passée, Dieu essuiera toute larme des yeux de ses enfants. Les âmes fidèles seront pour toujours avec le Seigneur, ce Dieu aimant qu’ils ont toujours servi dignement et ils l’exalteront sans cesse, par des hymnes et des cantiques d’adoration éternelle.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article