Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In Christ Our Hope

La croix devant moi, le monde derrière moi

Alors que je m’étais retiré dans un parc pour prier, je vis des jeunes gens en train de s’enlacer et de s’embrasser. Alors que je les voyais ainsi « collés comme des sandwiches », je sentis monter en moi une vive colère. Je ne pensais plus qu’à me lever pour aller leur prêcher l’évangile. A ce moment résonna dans mon cœur cette douce voix : « Est-ce parce que tu veux simplement leur parler du Seigneur ou parce que tu les envies ? » Je répondis tristement au Père : « un peu des deux. » Il y avait des choses que je n’avais pas encore comprises, et que par conséquent je ne vivais toujours pas.

Alors que je me mis dos à la scène pour fixer mon attention ailleurs, résonna dans mon cœur ce merveilleux chant : « J’ai décidé de suivre Jésus. La croix devant moi, le monde derrière moi. »

La croix devant moi, le monde derrière moi

  « La croix devant moi, le monde derrière moi. »  Pour la première fois, je compris réellement -non dans ma tête mais au plus profond de mon cœur- la sombre erreur de la femme de Loth. La ville de Sodome était vouée à la destruction. Le Seigneur pleurait devant le péché de cette ville car ses habitants - des plus petits aux plus grands- étaient gagnés par une honteuse débauche. Le jugement de Dieu était près de tomber sur la ville, et ce sont les anges (venus sous forme humaine) que Lot avaient hébergés qui le poussèrent de force vers l’extérieur de la ville, car Dieu avait résolu dans son cœur de l’épargner. Mais sa femme…Tandis que la pluie de soufre enflammé par un feu qui venait du ciel détruisait la ville, la femme de Loth regarda en arrière et elle fut changée en statue de sel. (Genèse 19.26)

Loth et sa femme évoluaient vers le chemin de la justice de Dieu, et les passions de Sodome étaient derrière eux. Mais cette femme…avait encore le cœur attaché à quelques plaisirs de Sodome. Le Seigneur Jésus nous dit plus tard que nous ne devons pas avoir l’attitude de la femme de Loth. (Luc 17.32) Alors que j’avais le dos tourné à ceux qui étaient dans ce parc, je compris que ce qui est derrière nous ne nous préoccupe pas. En fait, on ne le remarque même pas. C’est ainsi que le Seigneur m’enseignait qu’il souhaite que les pensées pécheresses de notre vie passée soient non devant nous, ou même à côté de nous, mais réellement derrière nous et que nous leur ayons tourné le dos. Car ce qui est derrière est complètement passé, oublié, et ne nous préoccupe plus, car notre regard est fixé vers le Seigneur qui avance devant nous. L’attitude de la femme de Loth est celle du cœur qui n’est pas entièrement voué à Dieu et qui se laisse égarer dans les distractions de Sodome.

La repentance vient du mot grec « metanoïa » qui signifie premièrement un changement de mentalité. C’est une tristesse selon Dieu qui nous amène à nous détourner de nos mauvaises actions. Or se détourner implique simplement « tourner le dos ». Nous comprenons bien que nous nous sommes réellement repentis si –pas physiquement comme dans ce parc- mais avant tout dans notre cœur nous avons tourné le dos aux choses de Sodome. L’on peut très bien avoir confessé de sa bouche sans avoir réellement cru dans son cœur. Que vous puissiez personnellement faire cet examen véritable, sincère et continu devant Dieu, afin de vous assurer que vous vous êtes réellement détourné de TOUTES vos idoles. C’est le chemin de la sortie réelle de l’esclavage d’Egypte, pour marcher comme Israël sur le chemin de la terre promise. Ce n’est qu’ainsi que vous pourrez vivre la réelle liberté, et la joie dans la maison de Dieu.

A mesure que je comprenais dans mon cœur cette réalité merveilleuse, l’attitude réelle du croyant qui doit se détourner (et même se retourner) des tentations de ce monde pour marcher sur le chemin de liberté de la croix, je prenais des notes et écrivais ces quelques mots que vous êtes en train de lire. Ensuite le cœur heureux et l’âme renouvelée, je me levai et dans ce parc j’annonçai la bonne nouvelle du Seigneur Jésus : le salut pour quiconque croit ; le monde et le péché derrière lui, la croix et l’éternité devant lui.

A mesure que je comprenais dans mon cœur cette réalité merveilleuse, l’attitude réelle du croyant qui doit se détourner (et même se retourner) des tentations de ce monde pour marcher sur le chemin de liberté de la croix, je prenais des notes et écrivais ces quelques mots que vous êtes en train de lire. Ensuite le cœur heureux et l’âme renouvelée, je me levai et dans ce parc j’annonçai la bonne nouvelle du Seigneur Jésus : le salut pour quiconque croit ; le monde et le péché derrière lui, la croix et l’éternité devant lui.« La croix devant moi, le monde derrière moi. »  Pour la première fois, je compris réellement -non dans ma tête mais au plus profond de mon cœur- la sombre erreur de la femme de Loth. La ville de Sodome était vouée à la destruction. Le Seigneur pleurait devant le péché de cette ville car ses habitants - des plus petits aux plus grands- étaient gagnés par une honteuse débauche. Le jugement de Dieu était près de tomber sur la ville, et ce sont les anges (venus sous forme humaine) que Lot avaient hébergés qui le poussèrent de force vers l’extérieur de la ville, car Dieu avait résolu dans son cœur de l’épargner. Mais sa femme…Tandis que la pluie de soufre enflammé par un feu qui venait du ciel détruisait la ville, la femme de Loth regarda en arrière et elle fut changée en statue de sel. (Genèse 19.26)

Loth et sa femme évoluaient vers le chemin de la justice de Dieu, et les passions de Sodome étaient derrière eux. Mais cette femme…avait encore le cœur attaché à quelques plaisirs de Sodome. Le Seigneur Jésus nous dit plus tard que nous ne devons pas avoir l’attitude de la femme de Loth. (Luc 17.32) Alors que j’avais le dos tourné à ceux qui étaient dans ce parc, je compris que ce qui est derrière nous ne nous préoccupe pas. En fait, on ne le remarque même pas. C’est ainsi que le Seigneur m’enseignait qu’il souhaite que les pensées pécheresses de notre vie passée soient non devant nous, ou même à côté de nous, mais réellement derrière nous et que nous leur ayons tourné le dos. Car ce qui est derrière est complètement passé, oublié, et ne nous préoccupe plus, car notre regard est fixé vers le Seigneur qui avance devant nous. L’attitude de la femme de Loth est celle du cœur qui n’est pas entièrement voué à Dieu et qui se laisse égarer dans les distractions de Sodome.

La repentance vient du mot grec « metanoïa » qui signifie premièrement un changement de mentalité. C’est une tristesse selon Dieu qui nous amène à nous détourner de nos mauvaises actions. Or se détourner implique simplement « tourner le dos ». Nous comprenons bien que nous nous sommes réellement repentis si –pas physiquement comme dans ce parc- mais avant tout dans notre cœur nous avons tourné le dos aux choses de Sodome. L’on peut très bien avoir confessé de sa bouche sans avoir réellement cru dans son cœur. Que vous puissiez personnellement faire cet examen véritable, sincère et continu devant Dieu, afin de vous assurer que vous vous êtes réellement détourné de TOUTES vos idoles. C’est le chemin de la sortie réelle de l’esclavage d’Egypte, pour marcher comme Israël sur le chemin de la terre promise. Ce n’est qu’ainsi que vous pourrez vivre la réelle liberté, et la joie dans la maison de Dieu.

A mesure que je comprenais dans mon cœur cette réalité merveilleuse, l’attitude réelle du croyant qui doit se détourner (et même se retourner) des tentations de ce monde pour marcher sur le chemin de liberté de la croix, je prenais des notes et écrivais ces quelques mots que vous êtes en train de lire. Ensuite le cœur heureux et l’âme renouvelée, je me levai et dans ce parc j’annonçai la bonne nouvelle du Seigneur Jésus : le salut pour quiconque croit ; le monde et le péché derrière lui, la croix et l’éternité devant lui.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article