Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In Christ Our Hope

Témoigner: Disparaître et laisser Christ transparaître

« Il faut qu’il croisse, et que je diminue… » Jean 3.30

He Must Increase, But I Must Decrease”

Jésus a laissé ses disciples en leur disant une chose : « Et vous serez mes témoins » Actes 1.8

Ce sont là les dernières paroles du Maître après sa résurrection. Il est parti en laissant les douze avec cette flamme pour le témoignage et pour la proclamation de qui il est. Ceci nous dit pleinement à quel point le témoignage est important pour notre Seigneur.
« Vous serez mes témoins… » Etes-vous un témoin vivant du Seigneur ?

Le témoignage ne concerne pas ce que les autres verraient de nous. Au sens général du terme cette pensée est juste, mais si elle n'est pas reprécisée, il est possible que l'arbre qui porte du fruit tombe dans l'hypocrisie ou l'autoglorification. Le témoignage concerne simplement ce que de Christ nous laissons transparaître. Ainsi loin de poser les regards sur nous-mêmes, notre entourage les pose sur Christ en nous. Témoigner revient à faire ressortir Christ et la vie de Christ.
Nous dans l'ombre et Lui au-devant, par le témoignage c'est donc non pas 'nous' mais Christ que nous laissons transparaitre. Le Baptiste dit à cet effet: « Il faut qu'il croisse, et que moi je diminue. » Jean 3.30
La version anglaise de ce verset dit : “He Must Increase, But I Must Decrease”

Disparaître et laisser Christ transparaître. Témoigner passe par un arrachement de soi pour une pleine manifestation de Christ au milieu des impies. Nous ne devons pas caresser ce qui de nous-mêmes s’opposerait à la manifestation de Christ en nous, mais l’arracher avec vigueur, fermeté et violence ; car si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il ne peut pas porter de fruit.

Si Christ n'est pas manifeste en nous, c'est simplement parce qu'il y a encore des choses en nous qui se dressent en barrière à la manifestation de « LUI » (en anglais « HE »). Ces choses peuvent être résumées par un mot: "le moi" et un pronom: "JE". C’est un regard que nous posons et maintenons sur nous-mêmes, au lieu de le centrer sur la croix du Seigneur. Du regard du « JE » découle naturellement le découragement (car je compte sur mes capacités), l'auto-condamnation (car je me rends compte de mes incapacités, en d’autres termes je magnifie/amplifie mes incapacités) ou même l'auto-exaltation de soi (je ne pense qu’à moi et je magnifie mes capacités)

Il ne s’agit pas de dire que nous ne devons pas réaliser les capacités que le Seigneur a déposées en nous, mais la bonne attitude veut que nos regards ne soient pas fixés sur ces choses. Nous les considérons, sans les fixer. Lorsque je marche dans la rue je considère les cailloux qui sont sur le bord du chemin, mais je suis fixé sur le chemin droit devant moi. Si nous partons en dérapage dans les caniveaux (spirituellement parlant), c’est parce que nous nous fixons sur de mauvais référentiels.

Celui qui veut marcher avec le Seigneur et donc être son témoin devra déposer son âme de côté tel un bagage qui ne pourrait qu'alourdir sa marche. C'est le premier fardeau que nous devons déposer au pied de la croix: le moi et ce regard centré sur soi, résumé par « JE ». Déposant le moi et portant nos regards sur Jésus, notre attitude de cœur sera résumée en un mot: "foi" et en un pronom: "LUI." Alors de Jésus coulent l’humilité (car IL est infiniment grand devant mon infinie petitesse), l’amour (IL a donné sa vie pour moi et attend que je fasse de même pour les autres), le pardon (IL a payé pour mes fautes, et toutes mes fautes), et l'encouragement continu. (IL est Tout-Puissant et Sa capacité devant mon incapacité est aussi grande que le Ciel est haut au-dessus de la Terre)
Ce n’est donc pas que mes incapacités n’existent plus, mais au-dessus des gémissements de mon âme se trouve la puissance clairvoyante de l’Esprit.
Lorsque nous avons de cette manière déposée notre âme, alors nous pouvons dire comme l’apôtre :

« Je suis crucifié. Ce n'est plus moi (mes désirs, mes pensées, mes passions, mes peurs, mes incapacités) qui vit, mais c'est Jésus qui vit en moi. » cf. Galates 2.20

Lorsque le moi passe par la mort, alors Jésus peut vivre pleinement. C’est par la vie du moi crucifiée que se manifeste la vie de Christ ressuscité.
Laisser Christ grandir revient donc à diminuer, car le trône de nos cœurs est trop petit pour accueillir deux maîtres. La réelle croissance est donc une diminution de nous-mêmes, et c'est en devant petit que l'on grandit ou du mieux que Christ grandit: c'est l'étrange paradoxe de la foi.

Déposez votre âme de côté et porte tes regards vers la Croix d’où coulent force, justification, amour et encouragement. De quoi avez-vous peur? Qu'est-ce qui vous effraie? Quelles incapacités vous paralysent? De quoi vous glorifiez-vous encore? De quoi vous enorgueillissez-vous encore: De vos capacités, vos diplômes, votre connaissance?
Déposez toutes ces choses de côté et marchez simplement, le cœur léger, à la suite du Seigneur. Faites-vous petit, et laissez-le grandir. Puissiez-vous dire comme l’apôtre : « Ma vie m’importe peu » et vous abandonner complètement au Seigneur. Amen !

Prière : Seigneur je veux disparaître afin de te laisser transparaître. Je te prie de me révéler les domaines de ma vie où j’ai encore le regard fixé sur mes peurs, mes manquements, mes chutes ou mon égo. Je veux déposer toutes ces choses de côté, afin de marcher le cœur léger et le regard fixé dans l’obéissance sur Qui tu es. Je veux disparaître afin de Te laisser transparaître.
Lord this is not an option. You MUST increase, and I MUST decrease. Amen!

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article