Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In Christ Our Hope

LE FRUIT DE L'ESPRIT: ILS TEMOIGNENT – LA JOIE

LE FRUIT DE L'ESPRIT: ILS TEMOIGNENT – LA JOIE

 « Tes paroles se sont présentées à moi, et je les ai dévorées. Ta parole a provoqué mon allégresse, elle a fait la joie de mon cœur, car je suis appelé de ton nom, Eternel, Dieu de l’univers! » Jérémie 15:16 

Alors qu’un jour je faisais à manger, un grand-frère que je côtoyais depuis un an déjà, vint a moi et me posa cette question: « es-tu heureuse? » Sur le coup, j’ai arrêté tout ce que je faisais, mais je n’ai pas pu lui répondre. Et je me dis que si j’avais la réponse à la question, elle aurait été spontanée. Alors, il m’expliqua que de tout le temps que nous avions passé ensemble, il m’a toujours connu soucieuse. J’étais choquée de constater que malgré mes efforts à dissimuler la peine, il pouvait la ressentir. Je vis à quel point cela avait un impact sur ma vie, mais aussi sur celle de ceux qui m’entourent. Je le remercie de ce qu’il m’ait posé cette question, car ce fut là le début d’une série d’interrogations, qui m’ont conduit à la conclusion selon laquelle je n’ai jamais été heureuse et je me déguisais derrière une personnalité qui n’était pas la mienne. En ce moment où je vous conduis sur mon parcours vers la joie, je prie que si vous avez fait de la tristesse votre tasse de café, que vous la versiez et que vous laissiez l’Esprit Saint redonner vie à votre cœur asséché. Que Christ soit votre Joie!

Qu’est-ce que la joie? Que faire pour être heureuse? Je vivais dans une illusion totale pensant que tout allait bien et pourtant tout allait mal. La tristesse avait pris le dessus et je ne saurais vraiment vous décrire les dégâts qu’elle m’a causé. Mais aujourd’hui je peux affirmer à la suite des paroles d’une sœur à moi: « il n’y a que Jésus pour combler le vide en toi. » En effet, ma vie n’était que du vide, un fût rempli de tristesse. Je m’occupais à travailler pour ne gêner personne. Je voulais satisfaire les autres dans le but de me procurer un plaisir quelconque. Lorsque je prenais du bon temps pour moi-même, je ne trouvais pas cela normal. Bref, je cherchais chez les autres ce que Dieu seul pouvait me donner. Je faisais l’inverse de ce que j’étais supposée faire: me focaliser sur Jésus et tout lui confier. Je finis par croire qu’il me fallait fournir des efforts pour être heureuse. Et c’est ce que je faisais: un combat que je menais au quotidien.

Un combat! En effet c’était un combat avec moi-même. Et pour être honnête, j’ignorais d’où provenait ma tristesse et pourquoi mon cœur était si lourd et si vide. Je priais mais je ne savais pas comment prier. Oui! Je ne savais pas prier. Ma prière n’était que des complaintes: des « pourquoi » et des « comment. » Tout devint facile lorsque j’ai compris ceci: c’est vrai le Seigneur veut connaitre le contenu de notre cœur, mais avant tout, il veut un cœur qui lui fasse confiance, non un cœur qui cherche des raisons scientifiques pour toute chose. Et c’est à peu près car la foi, croire que c’est possible sans avoir vu ou expérimenté.
 

                               Christ, la source de ma joie
Lorsque j’ai donné ma vie à Christ, j’ai décidé de tout remettre en ses mains. Et tellement il est fidèle, qu’il m’a écouté et m’a sauvé de nombreuses autres années de déprime. Un jour alors que je lisais un ouvrage, le Seigneur me renvoya dans Mathieu 11:28 où il est écrit « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. » Cette parole m’affranchit, et prit total effet lorsque mon cœur soudain devint léger. Et en lisant le partage sur « le fruit de l’Esprit: la joie » mon cœur fut saisit d’une profonde admiration devant le Seigneur lorsque je répétais en ces termes « dans un monde instable et plein de secousses, Dieu reste le seul rocher stable et inépuisable… Dieu est suffisamment stable pour nous permettre d'être stables en Lui, et il a suffisamment de ressources inépuisables en Lui pour que nous ayons à notre tour une joie inépuisable. » Waouh! Je ne sais pas pour vous, mais cette phrase me fait comprendre qu’en Christ j’ai la solution à tout.
 

                             Une joie complète et atemporelle
Ma joie ne s’est trouvée complète que lorsque j’ai laissé Christ prendre le dessus et me libérer. Avec lui j’expérimente jusqu’à ce jour, une joie atemporelle. Une joie qui ne dépend pas des circonstances, ni du lieu, ni du moment; mais qui est toujours présente car elle dépend et vient de Dieu Lui-même. Il convient donc de ne pas nous plonger dans cette fausse réalité selon laquelle la joie exclut toute tristesse. La joie du Seigneur est telle que, même les persécutions ne nous enlèverons pas la paix du cœur, car nous avons foi et confiance en lui, lui qui est au-dessus de toutes adversités. Et à la suite de Paul dans 2 corinthiens 7:4, nous pouvons répéter «…je suis rempli de consolation, je suis comblé de joie au milieu de toutes mes tribulations. » J’aime bien la version anglaise qui dit «…my joy knows no bounds.» En effet, il s’agit d’une joie sans limite, qui traverse les frontières, qui même au champ de guerre, trouve un repère. Et ce repère c’est Christ.

Comme le dirait ma sœur Linda : « La joie provient de la paix du cœur, qui découle de la relation avec le christ, la communion permanente que nous avons avec Lui. En sa présence, ce que nous appelons communément « épreuves », sont plutôt une « école de sagesse, un brisement de nous-même », et une meilleure contemplation de l'amour de Dieu. Christ nous permet d'appréhender l'épreuve sous un autre angle: « la diminution de nous-même et l'élévation de l'Esprit Saint en nous ». Regardons un peu l'attitude de Job face à l'adversité. Que faisait-il? Il contemplait et espérait tout du Seigneur. Il ne cessait d'énumérer les bienfaits du Seigneur. Que s'est-il passe à la suite de ses persécutions? Puisqu'il a persévéré dans le Seigneur et ne l'a pas rejeté, le Dieu d'Abraham, Notre Papa a multiplié sa joie. Oui, la joie découle de la persévérance dans l'épreuve en Christ.

                               Christ connait nos souffrances
Il n’y a rien de ce que nous vivons aujourd’hui que le seigneur n’ait expérimenté lorsqu’il est venu sur terre. Et aussi bien qu’il connaisse les sentiments associés à chaque peine, il en connaît aussi la solution. Peut-être la tristesse est née d’une mauvaise nouvelle, venez à Christ et il vous rassurera. Peut-être est-ce le manque d’amour: Christ est plein d’amour. Ou encore ce que les autres dissent de vous: venez à Jésus et il vous dira ce que Lui, il pense de vous… Peu importe la situation, le Seigneur a la solution. Il suffit juste de venir à lui et il nous la donnera. Imaginons un peu la joie de Noé lorsqu’il vu le soleil après 40jours et 40 nuits; ou celle d’Esther lorsque le Seigneur agit en faveur de son peuple; ou Abraham lorsque le Seigneur lui demanda de ne point heurter son fils… cette joie est comparable à celle que j’ai ressenti lorsque Christ a murmuré tout doucement à mon cœur « tu es ma fille et je t’aime. » Il savait que j’avais besoin d’amour. Il me l’a donné et aujourd’hui « I can say I am alive. »
 

                                       Vivre la joie de Christ

L’école du Seigneur est la meilleure. Grâce à sa joie, j’ai pu m’affirmer en tant que son enfant. Il renouvelle de jour en jour mon système de pensées. J’apprends davantage à me connaître en le connaissant, mes relations avec mes proches ont changé… et je me rends compte que cela n’aurait pas été possible si je n’avais pas la foi. La joie ne provient pas de nos épreuves, mais de la foi et de l’espérance que nous plaçons en Dieu. Sans la foi rien n’est possible, mais avec Christ tout est possible. Et qui dit avoir Christ, a foi en lui. La joie telle que le déclare la Parole de Dieu est notre force. Et l’ennemi désire se saisir de cette joie pour nous voler cette force. Force sans laquelle nous ne pouvons pas faire face aux épreuves, ni accomplir l'œuvre de Dieu dans nos vies. Les épreuves ne peuvent ôter notre joie, car avec le Seigneur nous sommes triomphants, et come Paul, joyeux au milieu de toutes nos détresses. Sa joie m’a transformé et aujourd’hui je peux témoigner. Ainsi, si je devais aujourd'hui répondre à la question de ce grand-frère de savoir si je suis joyeuse, alors avec joie je m’écrierai « oui, je le suis! »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article