Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In Christ Our Hope

Le fruit de l'Esprit: La fidélité

Le fruit de l'Esprit: La fidélité

En parcourant la manne sur la fidélité (Lire ici), j’ai su que Dieu parlait encore à mon cœur. Alors que je m’abreuvais paisiblement sur le texte lié à cet important thème, j’ai eu à cœur à travers cette manne de relever 2 points qui ont attiré mon attention et je me propose de vous en faire un petit exposé. En fait je vais à la suite de ce qui a été dit sur la manne de la fidélité, pour non seulement dire combien Dieu m’a parlé à travers ces écrits, mais aussi apporter un complément sur la compréhension de ce fruit de l’Esprit.

 

1- Je suis fidèle, si j’use de sagesse quand ma bouche s’ouvre pour prendre un engagement.

Il est clair qu’il vaut mieux se taire, lorsque l'on sait que l'on ne tiendra pas sa promesse. Les enfants ne plaisantent pas sur ce point. Essayez de faire la promesse d’offrir un cadeau à un enfant sans la tenir, et vous verrez bien ! Notre bouche sait nous jouer de mauvais tours. L'on se croit bien vite capable de tout et l'on veut faire croire aux personnes autour de nous que nous en avons la force et les moyens. Ainsi on ne sait jamais dire « NON », mû soit par un désir soit de satisfaire une fierté personnelle, soit alors celui de céder aux belles flatteries de notre entourage.

L’Ecclésiaste nous avertit : « Ne te presse pas t’ouvrir la bouche et ne te laisse pas entraîner par ton cœur à formuler hâtivement des promesses en présence de Dieu, car Dieu est au ciel et toi sur la terre. Que tes paroles soient donc peu nombreuses. En effet, de même que les rêves naissent de la multitude des occupations, de même un flot abondant de paroles engendre des propos inconsidérés. Si tu as fait un vœu à l’Eternel, accomplis le sans tarder, car les insensés déplaisent à Dieu. Ce que tu as promis, tiens le. Il vaut mieux ne pas faire de vœu qu’en faire et ne pas s’acquitter..»1

Bien aimés, lorsqu'il s'agit de s’engager, examinons les paroles de nos bouches. Le sérieux d’un Homme se manifeste à la parole tenue. Ceci l’est davantage lorsqu'il s’agit de le faire avec Dieu comme témoin. Toute entreprise que nous abordons avec Dieu comme garant doit être tenue. L’enjeu est plus qu'important. En effet, l’Ecclésiaste continue : « Ne laisse pas tes paroles te charger d’une faute et ne vas pas dire au responsable de Dieu : « mon vœu était une erreur ». Pourquoi irriter Dieu par tes paroles et faire échouer tes entreprises ? Car beaucoup de veines rêveries aboutissent à beaucoup de paroles en l’air. C’est pourquoi éprouve un grand respect pour Dieu » 2.

Il vaut mieux « parler peu et parler bien. » Prendre peu d’engagements, mais bien les tenir jusqu’au bout devrait être la voie d’excellence d’un Homme fidèle. La fidélité, c’est la capacité à tenir sa parole. Agir ainsi, c'est aussi l'expression de notre crainte vis-à-vis de Dieu.


2- Je suis fidèle, si je réfléchis chaque fois que je dois prendre un engagement

Combien de fois agissons nous dans ce monde sans prendre le temps de réfléchir ? Des exemples pullulent autour de nous : un couple après 10 ans de mariage découvre qu’ils sont incompatibles l’un et l’autre et alors divorcent ; une famille rejette un garçon têtu qu’elle avait décidé d’adopter quand il était bébé ; une cadre dans une société arrête de soutenir financièrement des missionnaires, car il a trop de problèmes dans sa vie, etc...

Toutes ces situations peuvent être légitimes, et loin de moi la pensée d’accuser ou de juger les uns ou les autres, moi-même étant l’un des champions en la matière : celle d’abandonner, là où on a si bien commencé.

La question que je me pose souvent est celle de savoir : pourquoi n’y avoir pas pensé plus tôt ?  Pourquoi ne pas avoir réfléchi sur tous les aspects du parcours de l’engagement que nous étions sur le point deprendre avant de nous y lancer ? Ne nous leurrons pas, ne confondons pas foi et bon sens. L'on pense quelquefois qu’avoir la foi fait abstraction de notre bon sens. Pourtant bien au contraire, Dieu dans toute la Bible fait appel à notre bon sens dans chaque décision qu’on doit poser. C’est à juste titre que Jésus déclare « En effet, si l’un de vous veut bâtir une tour, est ce qu’il ne prend pas d’abord le temps de s’assoir pour calculer ce qu’elle lui coûtera et de vérifier s’il a les moyens de mener son entreprise à bonne fin ? Sans quoi, s’il n’arrive pas à terminer sa construction, après avoir posé ses fondations, il risque d’être la risée de tous les témoins de son échec. « Regardez diront ils, c’est celui là qui a commencé à construire et qui n’a pas pu terminer ! » »3. 

Ce texte, loin de vouloir décourager le disciple dans son engagement et sa fidélité, place celui-ci en face de la réalité à laquelle il ne doit pas être surpris le long du chemin. Lorsque je souhaite prendre un engagement ferme avec le Seigneur, je dois prendre le temps de me mettre à l’abri de toute surprise qui pourrait me décourager le long du parcours. Je dois prendre le temps qu’il faut pour évaluer mes forces et mes faiblesses avant de me prononcer. Cet examen ne relève pas de la responsabilité de Dieu, mais tout simplement de la mienne.

Récemment je faisais un stage et un job étudiant simultanément, car j’avais des besoins financiers importants. Cela m’épuisait  car il fallait être en entreprise la journée pour le stage et poursuivre le soir avec le job étudiant qui se faisait essentiellement la nuit. Cela me confortait financièrement, mais me détachait peu à peu de ma famille, de mon engagement dans mon assemblée et de ma relation avec Dieu. Il a fallu que l’évangile me frappe de nouveau en plein cœur (après 3 jours de questionnements sur cette situation), pour que je puisse me rappeler de la promesse que j’avais faite à Dieu de rester fidèle à l’engagement que je dois avoir pour son œuvre.  J'ai alors dû abandonner le job étudiant et me contenter de mon stage. Toutefois et fort heureusement, j'étais désormais plus proche de mon engagement dans l’assemblée, plus proche de ma famille et de mon alliance avec Jésus Christ ! Gloire à Dieu !

Lorsque nous prenons un engagement réfléchi avec Dieu, Il forge en nous un système de pensées qui nous maintient fidèle à cet acte. Il est vrai: ce n’est que par Sa grâce et la foi que ce caractère de fidélité doit naturellement se former en nous. Mais la foi se manifeste et se démontre. Cette foi doit être manifeste dans nos vies.

Que Dieu, auteur et consommateur de la foi, fasse ainsi de chacun de nous des hommes et des femmes fidèles dans chacune de nos différentes entreprises ! Amen!


1Ecclésiaste 5 :1-4
2Ecclésiaste 5 :5-6
3Luc 14

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article