Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In Christ Our Hope

Le silence

S.I.L.E.N.C.E

Le silence

Si l’on s’attardait au message que transmet cette photo, alors on dirait que le silence est l’absence du bruit. Mais est ce que l’absence d’une chose implique nécessairement son contraire ? On peut toujours écarter toutes distractions sans toutefois expérimenter l’essence même du silence dans son contexte spirituel. Tout ceci pour dire que ce n’est pas l’extérieur qui conditionne notre silence, mais notre intérieur. Comme le dirait Anselm Grün « En nous-mêmes, se trouve déjà un espace de silence. C’est l’espace où se situe en nous le Royaume de Dieu, là où Dieu naît en nous. C’est là que je me trouve intègre et en ma plénitude. Là, nul ne peut me blesser. J’y suis originel et authentique. C’est là que s’illumine en moi l’image originelle de Dieu. » Pour comprendre la portée et l’importance du silence nous pouvons juste regarder à nos moments de prière et de méditation. Le silence dans ces circonstances est une condition indispensable, un élément fondamental qui nous conduit dans entretien intime avec le Seigneur. A un moment donné, je me demandais pourquoi je n’arrivais plus à écouter le Seigneur, ni à vivre Sa présence. Je me disais que c’était le Seigneur qui était silencieux à mon égard, et qu’il voulait me transmettre un message à travers cela. Mais j’étais loin de savoir que ce n’est pas lui qui était silencieux, mais que c’est moi qui avais besoin de me taire. En effet, avec le Seigneur il s’agit de discipline, il y a un temps pour écouter et un temps pour parler. Dans une salle de classe où tous les élèves sont attentifs au professeur, il y a forcément de la réussite. Mais dans une classe ou le désordre règne, forcément il y aura de l’échec. Ainsi donc, je me suis demandée ce qu’était le silence. Et ce n’est tout récemment que le Seigneur m’aida à définir ce terme. Certes la définition peut s’étendre au-delà, mais je ne pus mieux comprendre ce mot qu’au moment où, j’y attribuai un terme à chaque lettre. S.I.L.E.N.C.E : S pour soif, I pour intimité, L pour lumière, E pour écoute, N pour nudité, C pour conseil, et E pour élévation. 

                                                       S: une soif de toi

« Quiconque boit de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif, et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. » (Jean 4.13-14) Qu’est ce qui me pousserait à rechercher un emploi, si je n’en ai pas besoin ? Qu’est ce qui m’amènerait à aller en cours, si je savais que je n’en avais pas besoin ? Et donc pourquoi avoir soif de Dieu ? Effectivement parce que nous avons besoin de Lui. De même qu’une plante meurt lorsqu’elle n’est pas arrosée, de même nous mourons dans notre intérieur lorsque notre cœur n’est pas arrosé. Il nous est souvent si facile de travailler avec hargne pour gagner les choses de ce monde. Mais cette hargne nous ne la démontrons pas à l’égard de notre Dieu. Aussi bien qu’un repas sans sel est fade, une vie sans le Seigneur est une vie vide. Alors mes frères, désirons de boire à la véritable source. Chaque jour désirons boire davantage. Plus nous avons soif de Dieu, plus il nous remplit, et plus notre relation avec lui grandit : d’où l’intimité.


                                                   I: une intimité avec toi

« Quand Jésus eut renvoyé la foule, il monta sur la montagne, pour prier à l’écart; et, comme le soir était venu, il était là seul. » Matthieu 14:23 Il n’y a pas meilleur exemple d’intimité avec Dieu, que Jésus lui-même. Il nous enseigne encore à travers ce passage, que l’intimité avec le Père est un tête à tête avec lui. L’intimité c’est dans le cœur. Il ne s’agit pas d’un endroit spécial mais juste de cette petite pièce, qui cependant contient le récit de notre vie. Car si tu veux savoir qui est un homme regarde à son cœur. Les actions peuvent parler, mais ce n’est pas en fonction de nos actions que le Seigneur nous valorise, mais en fonction de qui nous sommes intérieurement. Et donc pendant nos moments intimes, c’est notre intérieur qui communique avec le Seigneur. Une chose que j’ai comprise c’est ceci : lorsque nous entrons en intimité avec Dieu, ne désirons pas seulement voir Sa main ; mais désirons ardemment entendre Son cœur. Quelquefois nous venons auprès de Lui avec des demandes, et nous nous attendons à ce qu’il nous donne quelque chose. Et il est si bon qu’il nous gratifie de ces choses. Cependant nous gagnons plus à rechercher Sa face que simplement rechercher sa main. Le Seigneur aimerait plus qu’on sache qui il est, comment il fonctionne, que de juste le considérer comme « papa noël. » Dans notre intimité, il s’agit de connaitre qui est Dieu, afin de nous connaitre nous-même. Il s’agit de monter à la montagne, de nous tenir à l’écart et de l’inviter à nous joindre. Plus nous connaissons la face de Dieu, plus il se révèle à nous et plus sa vérité devient une lumière dans nos vies.

 

                                              L : lumière de ma vie

« L'Eternel est ma lumière et mon salut: De qui aurais-je crainte? L'Eternel est le soutien de ma vie: De qui aurais-je peur? Quand des méchants s'avancent contre moi, Pour dévorer ma chair, Ce sont mes persécuteurs et mes ennemis Qui chancellent et tombent.… » Psaumes 27 : 1-2  Qui d’entre nous soit déjà sorti de son moment avec le Seigneur idem ? Chaque fois que nous allons à sa rencontre, il y a toujours un changement qui s’opère : l’amertume est transformée en amour, la colère en paix, le désarroi en joie... Non seulement Sa Lumière nous procure cette attitude de vainqueur, mais aussi il libère notre cœur de toutes craintes et de toutes nos peurs. La lumière du Seigneur est celle-là qui détruit toutes chaines, qui éclaire les coins obscurs de nos vies, et qui redonne espoir. Je me demande bien ce à quoi David pensait lorsqu’il écrivait ceci. Il peut juste s’agir de paroles comme toute autre parole. Cependant, ce n’est pas juste une parole mais c’est la Parole, car elle libère et nous repère.

 

                                               E: écoute

« Comme Jésus était en chemin avec ses disciples, il entra dans un village, et une femme, nommée Marthe, le reçut dans sa maison. Elle avait une sœur, nommée Marie, qui, s'étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. » Luc 10:38-39

Lorsque je lis ce passage, je me dis que Marie ne se serait pas assise aux pieds de Jésus si elle n’avait pas une raison précise de le faire. Je me dis aussi qu’elle avait une soif de l’écouter, un désir de baigner dans ses paroles en intimité, et qu’en ces paroles elle cherchait un message précis qui devait constituer une lumière pour sa vie. Elle savait en effet, à quel point les paroles de Jésus étaient importantes. Et tout ce qu’elle a fait, c’est juste se tenir la et écouter. En aucun moment, il nous ait dit que Marie ait ouvert sa bouche pour prononcer un mot. Malgré tout le bruit qu’il y avait autour d’elle, notamment sa sœur Marthe qui se plaignait, elle trouvait dans son coeur une place précise pour le Seigneur. Cela ne l’empêcha guère de détourner son visage de Jésus ; mais en toutes circonstances, elle fixait ses yeux sur lui. Voilà l’attitude que nous devons tenir lorsque nous venons devant le Seigneur. Cette attitude d’un enfant qui est rassure lorsqu’il voit sa maman approche.

                                                 
                                                  N : nudité

« Il n'y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu. » Luc 12 : 2

Il est important d’enlever le voile lorsque nous nous tenons devant Dieu. Il n’y a en effet rien que nous puissions lui cacher. De même, qu’un potier sait de quelle matière est faite sa marmite, de même le Seigneur sait de quoi nous sommes faits ; à combien plus forte raison les coins et les recoins de notre cœur. Ne soyons pas des hypocrites devant le Seigneur, il n’y a rien qu’on puisse venir lui dire qu’il ne sait déjà. Aussi profonde que la douleur ou la joie puisse être, libérez votre coeur devant Dieu. Si vous êtes en joie, jubilez. Si vous avez le coeur en larmes, sentez-vous libre de pleurer. Mais gardez bien ceci dans votre cœur : il est votre père et il ne vous abandonnera pas. Il est là pour vous. De même qu’il partage votre joie, il partage vos souffrances. J’aime bien l’attitude qu’adoptait le collecteur d’impôt lorsque je lisais Luc 8 :1-8. En lisant on pourrait croire qu’il s’agit d’adopter une attitude de peur. Au contraire, il s’agit juste d’être sincère, de venir tout lui confier sans retenue. Et c’est un peu ce que nous lisons dans le premier livre des rois au chapitre 19.

 

                                                    C : conseil

« Et là, il entra dans la caverne, et il y passa la nuit. Et voici, la parole de l’Éternel lui fut adressée, en ces mots: Que fais-tu ici, Élie? Il répondit: J’ai déployé mon zèle pour l’Éternel, le Dieu des armées; car les enfants d’Israël ont abandonné ton alliance, ils ont renversé tes autels, et ils ont tué par l’épée tes prophètes; je suis resté, moi seul, et ils cherchent à m’ôter la vie. L’Éternel dit: Sors, et tiens-toi dans la montagne devant l’Éternel! Et voici, l’Éternel passa. Et devant l’Éternel, il y eut un vent fort et violent qui déchirait les montagnes et brisait les rochers: l’Éternel n’était pas dans le vent. Et après le vent, ce fut un tremblement de terre: l’Éternel n’était pas dans le tremblement de terre. Et après le tremblement de terre, un feu: l’Éternel n’était pas dans le feu. Et après le feu, un murmure doux et léger. Quand Élie l’entendit, il s’enveloppa le visage de son manteau, il sortit et se tint à l’entrée de la caverne. Et voici, une voix lui fit entendre ces paroles: Que fais-tu ici, Élie? Il répondit: J’ai déployé mon zèle pour l’Éternel, le Dieu des armées; car les enfants d’Israël ont abandonné ton alliance, ils ont renversé tes autels, et ils ont tué par l’épée tes prophètes; je suis resté, moi seul, et ils cherchent à m’ôter la vie. L’Éternel lui dit: Va, reprends ton chemin par le désert jusqu’à Damas... » 1 Rois 19 : 9-15. La caverne est ce lieu obscur dans lequel nous nous trouvons avant d’entrer dans la presence du Seigneur. C’est pourquoi tout comme à Elie, il nous demande de nous tenir à la montagne pour voir Sa face, car c’est lui qui est lumière dans notre nuit. En effet, c’est à la montagne que nous sommes en pleine intimité avec le Seigneur, et qu’ensemble nous communions. Et dans une communion parfaite avec son Dieu, Elie aux versets 11 et 13, exprime les sentiments de son cœur. Il ne s’agit pas juste de prononcer des paroles mais d’être sincère avec lui. Et comme un frère me disait : « tu ne peux pas prétendre être sincère avec le Seigneur si tu n’es pas sincère avec toi-même. » Après avoir écouté Elie, le Seigneur le conseille. Non seulement, il le conseille mais aussi il lui fait connaitre les désirs de son cœur. En effet, Elie avait une si grande affinité avec Dieu, que ce dernier pouvait lui faire totalement confiance et lui confier une mission.


                                                     E : élévation 

« Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l'Esprit. » 2 corinthiens 3 : 18
Elévation dans ce contexte signifie transformation car je ne crois pas que l’on puisse être élevé plus haut que nous les sommes déjà. Le Seigneur nous considère comme ses rois et reines, et s’il y a un titre plus haut que ceux-là, alors je ne les connais pas. La transformation découle de notre entretien avec Dieu. Chaque moment passe avec lui devrait être un "step foward" vers l’étape suivante. L’avancée avec lui doit être graduelle. Il n’y a pas d’intérêt d’écouter si l’on n’agit pas. Il n’y a pas d’intérêt à chercher, si l’on trouve et l’on ne garde pas. Il n’y a aucun intérêt à désirer, si ce désir n’est pas profond. Nous devons pouvoir chercher cette élévation, élévation dans la foi. Toutefois, ne nous pressons pas. Allons à la vitesse de Dieu, et le reste suivra. S'il nous demande d’aller à 50km/h, mais nous décidons d’aller à 100km/h, alors à nous de payer les peaux cassées. Mais notre Papa est si merveilleux, que même dans nos erreurs il se glorifie. Assurément, il ne nous abandonnera jamais. Plus on se dirige vers la dernière lettre du mot, on constate que chaque lettre qui précède une autre est un élément de la lettre qui suit. Ainsi donc, pour arriver au dernier E, (à la transformation) il faudrait passer par les autres six lettres. De nos moments avec le Seigneur, nous devrions toujours ressortir changés et transformés. Aussi minime que le changement soit, il devrait avoir une différence entre l’avant moi et l’après-moi. Je terminerai en partageant ces quelques vers avec vous ; et puisses-Tu Père nous donner d’expérimenter un silence parfait avec toi : loin de ce monde mais proche de ton cœur et de ta face.

Vers la montagne, je me dirigeais.
Et vers La sagesse, inconsciente j’allais.
Ma nourriture, je finis par la trouver,
Car dans mon cœur je me suis laissée enseigner

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article