Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In Christ Our Hope

Ne laissons pas notre saison déterminer notre moisson (2/2)

Ne laissons pas notre saison déterminer notre moisson (2/2)

L'article précédent nous interpellait sur le fait que le Seigneur veut par la souffrance de l'épreuve nous communiquer la joie de la transformation. Toutefois notons aussi que toute souffrance n’est pas de Dieu. Bien des fois nous en sommes la cause.

La Foi : Pourquoi l'or est-il donc éprouvé/purifié par le feu ?

Plus la température du feu est élevée, plus les impuretés sont brûlées et le plus précieux l'or devient. Il en est de même pour notre foi. Les épreuves de feu au travers desquelles le Seigneur nous éprouve visent à rendre notre foi inébranlable (imperturbable et croissante), de sorte qu’à la sortie de chacune d’elles nous puissions voir la gloire qu’il nous réserve et ainsi lui rendre la gloire, la louange et l’honneur qui lui sont dû. S’agirait-il donc d’avoir une grande ou une petite foi ? Non ! La foi n’est pas une question de quantité car même si nous avons de la foi comme un grain de sénevé, nous dirions à une montagne: « Transporte-toi d'ici là » et elle se transporterait (Matthieu 17 :20). Rien ne nous serait impossible. Cette petite voix dans notre intérieur qui nous dit souvent « tu n’as pas assez de foi » est celle de l’accusateur. La parole de l’ennemi est destinée à nous faire culpabiliser. C’est une opportunité pour lui de venir nous voler, nous tuer et nous détruire (Jean 10 :10). Mais loin de nous la culpabilité et la destruction, car nous sommes enfants Dieu. Le Seigneur a déjà trainé l’ennemi dans son cortège royal. « Il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix » (Colossiens 2 :15). Ainsi donc, c’est à nous de prendre le contrôle et de s’affirmer car en nous vit l’Esprit de Dieu. Dieu est glorifié par la foi, par la foi de ceux qui se confient en lui à cause de qui Il est, pas à cause de ses bénédictions. Alors élevons notre façon de penser. Nous passons le temps à demander: je veux, donne-moi… il n’est pas mauvais de demander mais si la demande devient l’objet de la relation alors il y a un problème. Décider de suivre Jésus c’est un choix personnel. Pourquoi donc avons-nous fait ce choix ? Avec Dieu, il n’est pas question de business. Il n’est pas question d’échanges ou de transactions: si tu me donnes ceci alors je vais te louer. Erreur ! Le Seigneur nous a déjà tout donné. Alors rendons nous compte de ce que nous avons déjà et faisons lui confiance.

La foi s’accompagne de confiance.
Selon Pierre, la souffrance est étroitement liée à la foi. Elle n’est juste qu’un test qui nous expose à démontrer l'authenticité et la vérité des paroles que nous avançons. Dieu veut une croissance de notre foi, et la souffrance se trouve être l'un des meilleurs stimulants de cette croissance. Le livre de Job nous relate l’histoire d’un homme (Job) qui a excédé les expectations des hommes et de Satan, qui pensaient qu’après que tout lui soit retiré, il abandonnerait sa foi en Dieu. Malgré qu’il ait faiblit par moment, il garda la confiance et continua d’espérer en sa restauration (Job 1: 9-11, 21; Job 2: 5, 9-10). Faire confiance au Seigneur reviendrait non seulement à la persévérance mais aussi à la mort en soi. C’est un paramètre qui est non négociable et primordial. Il n’est pas question de « comment » ça va se passer pour que je m’en sorte, mais plutôt de « Qui » est au contrôle. Ce « Qui » c’est Jésus. Encore, il est important de faire confiance en celui qui donne, pas en ce qu’il donne. Si nous allons vers le Seigneur à cause des bénédictions ou des grâces, nous serons déçus. Car lorsque nous n’obtenons pas ce que nous demandons, nous abandonnons. Mais c’est le Seigneur qui comble le vide que ni les diplômes, ni le mariage, ni les relations ne peuvent remplir. Alors, quel est notre « Target»? Les choses matérielles ou Dieu Lui-même?

Le désert...
Avant chaque terre promise il y a un désert. En d’autres termes pour chaque étape de nos vies, les étapes majeures comme l’école, le travail, le mariage… il y a un désert : une période de brisement. Mais le but du désert est de nous rapprocher de Dieu. notre désert peut durer quelques jours comme il peut prendre des années. Le peuple d’Israël n’était pas supposé passer autant de temps dans le désert, mais à cause de leur désobéissance ils ont passé plus de temps que prévu. L’obéissance déterminera donc la longueur de notre désert et ses circonstances. Le désert est amené aussi à nous faire lâcher prise. Lâcher prise de tout ce à quoi nous sommes attachés. Lâcher prise et s’accrocher au vêtement du Seigneur car lui seul peut nous faire sortir de la boue dans laquelle nous sommes trempés. Mais il est important de se demander si la sortie de notre désert est plus importante que la présence de Dieu ? Car à la sortie du désert, on peut obtenir ce que nous avons demandés sans avoir le cœur changé. Tout comme nous pouvons ne pas obtenir ce que nous avons demandés et toujours n’avoir pas le cœur changé. Ce qui importe plus des fois ce n’est pas ce que nous récoltons, mais le parcours et le chemin qui en disent bien plus que la ligne d’arrivée à elle seule. Qu'est-ce donc que la saison ? Que représente la fleur ? Qu’est-ce que le désert ? Qui est l’individu ? Et qui est le cinquième acteur ?
- La saison ne représente rien d’autre que les tempêtes, les tornades et les vents. La fleur c’est notre foi. Résistera-t-elle malgré la saison? Le désert c’est la souffrance, les conditions dans lesquelles elle nous prédispose. L’individu, c’est le chrétien. Et le cinquième acteur c’est le Seigneur. Celui qui est au contrôle de tout. - Alors où irions-nous puiser de l’eau pour arroser notre fleur, pour qu’elle tienne ferme et ancrée en profondeur sous la terre ? En Jésus est la solution. Et comme il a été dit plus haut, la présence d’un acteur détermine l’état de l’autre. Ainsi donc, si l’on n’inclut pas Dieu, notre saison ébranlera notre foi. Et si notre foi est ébranlée, nos forces nous abandonneront, la souffrance aura raison de nous, et à petit feu nous mourrons. Mais si dès le départ nous comptons sur le Seigneur, nous sommes sur que la situation aura de meilleures retombées. En conclusion, ce n’est que dans les écritures et en Jésus que ces cinq individus dont je fais partie, ont pu triompher des obstacles qui se trouvaient devant eux. Ils furent nourrit de persévérance, de courage et leur confiance en Christ grandit davantage. Et avec Christ à leurs côtés, ni les vents ni les tempêtes, ni les tornades ont réussi à faire couler leur barque. Et malgré l’aridité de leur sol, leur fleur ne cessa de grandir et prospérer. Et aujourd’hui avec joie ils peuvent s’écrier : « Louange, gloire et honneur à Celui qui est au-dessus de nos montagnes. Amen !»

Prière: Seigneur Tu peux permettre que nous souffrions, mais tu ne laisseras pas que la souffrance soit au-dessus de nous. Car tu nous as déjà équipés et nous avons toutes les armes nécessaires pour lutter. Alors nous nous tenons fermes sur nos pieds et nous nous replions sur toi notre rocher. Ne nous donne pas d’être de ceux qui tombent et ne se relèvent pas. Mais qu’après la chute, nous nous levions et continuellement gardions notre regard fixé sur Toi. Car assurément Tu es là et avec Toi nous sommes vainqueurs. Amen !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article