Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In Christ Our Hope

Amis intimes ou relations intéressées ?

Amis intimes ou relations intéressées ?

Lors d'une conversation, un frère dans la foi commentait la nature des relations qu'une célèbre animatrice TV américaine entretenait avec ceux qu'elle appelait ses amis. Il disait alors : "Elle doit être bien triste cette dame, car elle ne s'entoure volontairement que de personnes qui rient de ses blagues, la congratulent constamment et se gardent de la contredire.". En y réfléchissant plus calmement, je me suis rendu compte qu'à bien des égards mon attitude vis-à-vis des ceux dont je disais être un ami était malheureusement similaire à celle de l'entourage de cette dame.

La Bible nous dit : "Mieux vaut une réprimande ouverte qu'une amitié cachée. Les blessures d'un ami prouvent sa fidélité, mais les baisers d'un ennemi sont trompeurs." Proverbes 27:5-6

Une relation intéressée du type de celles décrites plus haut est une profonde plaie pour les deux personnes qu'elle lie. Il est possible de développer ce genre d'attitude dans une relation, même amicale, sans même s'en rendre compte. Il existe quelques réflexes par lesquels il est possible de se garder de genre d'hypocrisie dans les relations que nous entretenons.

 

L'importance de discerner la dimension à laquelle s'établira une relation

Le terme « ami » est tellement fort ! Il tire sa racine du mot « âme ». Dans toute la Bible, lorsque le terme « ami » est utilisé, il indique toujours que les personnes désignées sont intimes - c'est-à-dire qu'elles se confient l'une à l'autre  - à toutes les dimensions de l'âme : intellectuelle, émotionnelle, spirituelle. C'est le cas de Ruth et Naomi, David et Jonathan, et surtout de Jésus et ses disciples. A ce niveau, il est important de souligner qu'un chrétien ne pourra certainement pas avoir pour ami quelqu'un qui ne croit pas que Jésus-Christ est seul vrai Dieu, à cause de cette dissonance au niveau spirituel. Malgré sa sincérité, sa bonne volonté et sa bonne morale, l'esprit du non-croyant ne peut pas répondre, encore moins interagir, car il n'a pas la vie de Dieu en lui. Par contre un chrétien peut être (et même se doit d'être) un ami pour le non-croyant que le Seigneur envoie vers lui, en ce sens qu'il se doit d'être une lumière pour ce dernier. La manne accessible à ce lien traite clairement de ce sujet. Au sein de l'Eglise par contre, cette compatibilité à tous les niveaux de l'âme est possible.

 

La vision qui bâtit l'amitié

Comme pour toutes les relations de manière générale, l'amitié entre deux enfants de Dieu doit être construite sur le but que le Seigneur assigne à cette relation. Lorsque nous examinons par exemple l'amitié entre David et Jonathan, nous pouvons clairement constater à quel point la présence de Jonathan a été déterminante pour que David soit bâti de berger qu'il était à roi d'Israël qu'il est devenu. Jonathan a su laisser de côté sa préposition au trône par égard pour les intérêts de son ami ! Trouverions-nous encore une telle attitude aujoud'hjui dans l'Eglise ? Aurions-nous le même comportement si les intérêts de nos amis semblaient s'opposer aux nôtres ? Une amitié sans vision est une amitié en danger, car elle ne saurait résister aux turbulences de la vie. Mais d'aucun pourrait se demander : "Cela veut-il dire que je dois pour chaque relation de ma vie prier pour savoir où elle doit aboutir ?". Oui, il est surtout important d'être à l'écoute du Seigneur pour connaître ce que je suis censé apporter à mon ami à chaque étape de sa vie, de manière pratique. Cela peut être progressif. Cette démarche n'est pas optionnelle, car elle prévient de bien des maux. Les émotions ne doivent pas être le seule critère qui oriente la décision que nous faisons de tisser une amitié. La manne accessible à cet autre lien en parle, dans le cadre des relations dans l'Eglise au sens large. Que de dégats que nous pourrions éviter, que de relations de destinée nous éviterions de manquer, si nous choisissions d'orienter nos relations d'amitié selon la volonté du Seigneur.

 

Le relation d'amitié : le chemin de la mort à soi

Très souvent nous entretenons des relations intéressées parce que nous avons conçu les relations d'amitié comme des tremplins au service de nos ambitions personnels. Cette conception erronée de l'amitié a par exemple pour conséquence cette tendance à utiliser les relations amicales comme un moyen de combler un vide affectif. Pourtant la Bible nous dit que celui qui a beaucoup d'amis les a pour son malheur (Proverbes 18:24). L'amitié est un chantier où nous nous construisons au-travers de l'ami certes, mais aussi où nous prenons soin de construire l'ami et nous vivons le bonheur qui est plus grand en donnant plutôt qu'en recevant. L'article "Ma place dans mes amitiés" expose clairement cette disposition de don de soi que nous devons avoir dans nos relations d'amitié.

Il m'est arrivé d'être en désaccord avec un frère sur des points fondamentaux de la foi chrétienne. Lorsque je considérais la Parole de Dieu, il me semblait clair que sa vision et sa pratique des principes bibliques étaient érronées. J'avais alors rapidement mis de côté l'hésitation que j'avais pour le lui faire clairement part. Plus tard, je compris que j'avais été égoïste du début à la fin de cette démarche. En effet, les jours qui suivirent notre conversation me montraient à quel point je n'avais pas totalement agi dans son intérêt : après avoir libéré ma conscience en l'avertissant du danger de camper sur son point de vue, nous pouvions discuter ensemble les jours suivants sans que ne me pèse sur le cœur le fardeau de le voir revenir au modèle biblique. Je fus alors interpellé en mon cœur en ces termes : "Si tu étais dans sa situation, aurais-tu voulu que celui qui se dit ton ami te laisse dans ce chemin qui te mènerait à perdre ton âme ?"

 

Ceci est une exhortation à avoir le fardeau du bonheur de nos amis, une exhortation à aimer nos amis comme notre propre âme, bien plus, à les aimer comme Jésus-Christ nous a aimés.

 

Nathan N.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article