Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In Christ Our Hope

LE BONHEUR DU SUIVI SPIRITUEL

LE BONHEUR DU SUIVI SPIRITUEL

De la manne précédente, il en est ressorti pour le chrétien l’importance d’être suivi et de suivre à son tour d’autres personnes. Les critères de choix étant multiples, il est capital de se laisser conduire par le Saint-Esprit qui sait mieux que nous le guide dont nous avons besoin. Que le chrétien soit guide ou suivi, les retombées du suivi spirituel sont visibles. Il sera question dans cette manne d’illustrer quelques fruits qui découlent du suivi spirituel.

  1. La vie d’un chrétien suivi

L’enfant fait toujours ce que fait son père ; en effet, le guide est celui qui impulse une dynamique à son enfant spirituel.

Prenons le cas de JESUS qui dans les Evangiles s’est révélé comme un Homme de prière : il ne pouvait passer un jour sans prier, ses prières étaient efficaces, c’est pourquoi des miracles se faisaient. Il a donc appris à ses disciples à prier[1] ; on peut manifestement voir dans le livre des Actes le devenir de ses disciples : ils (les disciples) ont adopté le même style de vie de prière « Tous d’un commun accord persévéraient dans la prière », ils ont opéré des miracles à l’instar de Pierre et Jean[2] qui ont guéri un boiteux. Tout comme leur maître, ils passaient plus de temps dans la connaissance de la Parole de Dieu[3].

Paul était courageux, il n’avait point honte et peur d’évangéliser, c’est ce même dynamisme qui animait Tite. Paul encourageait son fils bien-aimé Tite à exhorter les jeunes (« Exhorte de même les jeunes gens à être modérés ; Tite 2 : 6), les vieillards (« Dis que les vieillards doivent être sobres, honnêtes, modérés, sains dans la foi, dans la charité, dans la patience. Tite 2 : 2 »). La lecture de ce livre montre que Tite a suivi les traces de son mentor Paul dans l’évangélisation audacieuse.

 

  1. La vie d’un chrétien qui suit

Le chrétien qui assure le suivi d’une personne peut voir certaines aptitudes se développer en lui. Le fait d’être en contact permanent avec son fils ou sa fille spirituel(le) fait en sorte qu’il soit davantage attentif à sa situation ; puisque son seul recours est le Seigneur, il développera une certaine intimité avec LUI[1].

La patience[2] (fruit de l’Esprit) du chrétien est davantage travaillée dans son cœur ; ceci le pousse à encourager son enfant à aller de l’avant ; Paul s’adressa à Timothée en ces termes « C’est pourquoi je t’exhorte à ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l’imposition de mes mains. Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse » Timothée 1 : 6-7.

La confiance en l’autre fait désormais partie des valeurs du guide spirituel car il pourra compter sur son enfant pour quelque mission que ce soit : Paul chargea Tite d’organiser l’Eglise de Crète[3]. Il a davantage dans sa bouche des paroles de bénédiction à l’égard de son enfant[1].

 

Quoique le salut soit individuel[2], dans la marche chrétienne on a besoin d’un accompagnateur pour nous booster, aider à nous découvrir...Le chrétien qu’il soit guide ou suivi, son style de vie va changer. Le chrétien suivi pour jouir de cette nouvelle vie doit être soumis à son autorité (mentor) ; celui qui suit doit faire preuve de sagesse.

Le plus important pour le guide n’est pas d’avoir plusieurs enfants spirituels, mais de pouvoir dire comme JESUS dans Jean 18 : 9 « Je n’ai perdu aucun de ceux que tu m’as donnés. »

 

Grâce D.

 

[1] Tite 1 : 4

[2] 1 Pierre 1 : 9

[1] Timothée 1 : 3

[2] Galates 5 : 22

[3] Tite 1 : 5

[1] Matthieu 6 : 9-13

[2] Actes 3 : 1-11

[3] Actes 2 :42

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article