Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In Christ Our Hope

La spontanéité de L’apôtre Pierre : Une preuve d’audace.

La spontanéité de L’apôtre Pierre : Une preuve d’audace.

 

Pierre était l’un des douze disciples choisis par Jésus pour le suivre au cours de son ministère. S’il y a une chose qu’on connaît tous de son histoire est qu’il a renié Jésus trois fois alors qu’il avait promis qu’il ne le ferait jamais. [1] Dans  le cadre de notre série consacrée à l’audace, nous allons nous attarder sur un autre trait de caractère de ce disciple qui l’a souvent conduit à dire une chose et en faire le contraire mais qui est, à notre sens, une grande preuve d’audace : sa spontanéité. L’audace est souvent perçue comme l’apanage des personnes qui osent. Elles osent dire ce qu’elles pensent  ou faire ce qu’elles ont prévu de faire quelques soient les circonstances autour d’elles. On pourrait ainsi dire d’elles comme c’est le cas de Pierre qu’elles sont spontanées.

Dans le livre de Matthieu, nous pouvons lire l’histoire de Jésus qui marche sur les eaux avec Pierre. Il était tard et Jésus s’avançait vers ses disciples qui le prirent pour un fantôme. Il leur assura que c’était bien Lui. Mais Pierre spontanément lui répondit «  si c’est bien toi, Seigneur, ordonne moi de venir te rejoindre sur l’eau. Viens lui dit Jésus ». Pierre alla vers Jésus, ayant remarqué combien le vent soufflait il prit peur et s’écria au secours Seigneur ! Le Seigneur lui tendit la main, ils montèrent tous deux dans la barque et le vent tomba.[2]

Personnellement, l’attitude de Pierre me défie.  Ses paroles, Ses actes sont la preuve de la simplicité de son cœur. Cette simplicité qui loin de s’apparenter à de la faiblesse ou de la naïveté est comme nous l’avons signalé plus haut ce qui fait de lui une personne audacieuse ; de ce que nous pourrons appeler la bonne audace. Il ne savait pas ce à quoi il ferait face mais il a résolu d’avancer.  Alors que Jésus lui a demandé de venir, il aurait pu décider de réfléchir et dire non finalement à sa proposition. On pourra l’accuser d’avoir eu peur, Jésus lui –même dira « ta foi   est bien faible ».[3] Il n’en demeure pas moins qu’il lui a fallu du courage non seulement pour faire cette proposition à Jésus mais également pour respecter son engagement. 

Un autre exemple de la vie de Pierre peut être tiré du livre de Jean  au chapitre 6.  Jésus avait fini un enseignement devant la foule et ses disciples. Certains de ses disciples avaient trouvé « son langage fort difficile à accepter et à partir de ce moment l’abandonnèrent et cessèrent de le suivre ».  D’autres par contre avaient décidé de rester avec Lui. Et à  et à la question de Jésus « et vous, ne voulez pas vous aussi partir ? » Pierre qui en faisait parti répondit presque sereinement « Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Nous, nous avons mis toute notre confiance en toi et nous savons que tu es le Saint, envoyé de Dieu ». [4]Pierre aussi avait probablement trouvé difficile à comprendre le langage de Jésus. Pourtant sa réaction fut tout autre : il décida de rester avec Jésus. Plus encore il affirma à ce moment précis qu’il n’avait nulle part où aller car Jésus avait les paroles de la Vie Eternelle. Il se rappelait probablement que c’est ce Jésus qui quelques temps avant lui avait demandé de marcher sur les eaux et l’avait secouru lorsqu’il prit peur.

Nous pouvons retenir de l’attitude de Pierre dans ces deux passages que bien souvent nous devons avancer en comptant sur la grâce de Dieu. Il ne s’agit pas d’avancer à l’aveuglette en se disant « advienne que pourra » mais devant les situations de pouvoir se dire et surtout dire à Dieu «  Seigneur je ne comprends pas très bien mais je prends l’engagement de te faire confiance ». C’est en cela que nous sommes des personnes audacieuses.  Le Seigneur a peut être déposé une vision sur ton cœur et en ce moment tu ne vois pas comment elle s’accomplira ? Et si tu décidais, simplement, spontanément de Lui faire confiance en faisant le premier pas qui dépend de toi et en le laissant gérer comme il l’a fait pour Pierre face au vent. As-tu  fortement à cœur de soutenir une œuvre, un ministère mais tu te demandes «  tiendrai-je jusqu’au bout » ? Et si ton pas de foi était de dire « Seigneur j’y vais en te faisant confiance ? »

Il est important de préciser que cette attitude ne trouve  son  sens que lorsqu’on est complètement amoureux de Jésus. L’amour pour Dieu comme celui de Pierre peut nous conduire à dire des choses sans en mesurer les conséquences. Mais si nous le faisons dans le but d’être agréables à Dieu, de deux choses l’une : soit le Seigneur viendra à notre secours comme il l’a fait pour Pierre, soit il nous reprendra, comme il a également repris Pierre lorsque ce dernier l’a renié. Mais en toutes choses, et c’est le plus important, Son nom sera glorifié.

 

Annick T.

 

 

[1] Jean 18 : 17-18, 25-27

[2] Matthieu 14 : 24-32

[3] Matthieu 14 :31

[4] Jean 6 : 60-72

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article