Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In Christ Our Hope

Evangéliser : « Je m’en vais chercher des frères et des sœurs »

Evangéliser : « Je m’en vais chercher des frères et des sœurs »

Un Dimanche matin, un frère vint chercher son amie en voiture pour la conduire au culte, comme il en avait l’habitude. C’était l’une des dernières fois qu’il aurait à le faire, car il a à cœur d’aller implanter une assemblée dans la ville à côté. A bord de l’auto, elle lui posa donc la question d’un air inquiet de la tristesse qu’allait entrainer leur séparation : « Mais qu’est-ce que tu pars faire à Villeparisis ? ». Et lui, fixant son regard sur le rétroviseur pour chercher sa face, lui répondit, le sourire aux lèvres marqué d’un ton néanmoins ferme « Je m’en vais chercher des frères et des sœurs ! ».

Bien qu’étant que chrétien, on a souvent une aversion cachée pour l’évangélisation. On a parfois besoin de s’« armer » de motivations solides pour évangéliser et annoncer la bonne nouvelle. Depuis plus d’un mois nous abordons le thème de l’audace, qui vise à nous pousser à vivre une marche chrétienne de plus en plus radicale, de plus en plus conforme à l’évangile.  L’évangélisation, est au cœur de ce processus.

La question qui se pose est donc celle de savoir comment aujourd’hui, au XXIème siècle, pouvons-nous nous lever pour évangéliser puissamment ce monde ? Il me semble que deux aspects doivent être pris en compte concernant le thème de l’évangélisation : c’est un projet de Dieu et c’est une vie.

L’évangélisation : un projet de Dieu

« En Lui (Christ), Dieu nous a choisi avant la création du monde, pour que nous soyons saints et sans défaut devant lui. Dans son amour, Il nous a prédestiné à être ses enfants adoptifs par Jésus Christ. C’est ce qu’il a voulu dans sa bienveillance, pour que nous célébrions la gloire de sa grâce dont il nous a comblé dans le bien aimé. » Ephésiens 1 : 4-6

Le chrétien doit comprendre que l’évangélisation est un projet de Dieu, c’est son initiative en premier. L’apôtre Paul précise qu’avant même de penser le monde, Dieu avait déjà pour projet de sauver les hommes par Jésus Christ. Ainsi, quel soulagement devrions-nous avoir ! Nous n’avons donc pas obligation de résultat quand on témoigne de notre Sauveur, car c’est Dieu qui est auteur et consommateur de la foi[1]. Dans un projet d’implantation d’église par exemple, les fidèles doivent garder en tête, qu’ils vont simplement aller à la recherche de leurs frères et de leurs sœurs. Car bien souvent, longtemps à l’avance Dieu a déjà commencé un travail dans le cœur des personnes qu’ils vont rencontrer. C’est à juste titre que Dieu encouragea l’apôtre Paul à Corinthe en lui disant dans un songe : « N’ait pas peur, mais parle et ne te tais pas…En effet, j’ai un peuple nombreux dans cette ville »[2]. Notons que cela devrait nous protéger aussi de notre orgueil. Car nous pouvons être tenté de nous frapper la poitrine du fait qu’on ait réussi à évangéliser et convertit tel nombre de personnes. Non. Dieu est le maître de l’histoire, c’est Lui qui dans sa grande sagesse maitrise absolument tout de l’acte de témoignage, de prédication et de vie de la bonne nouvelle. Pourtant, en même temps et ce de manière absolument équilibrée, il nous demande d’aller annoncer la bonne nouvelle de manière responsable et non négociable.

L’évangélisation : le devoir d’une vie chrétienne responsable

C’est une option non négligeable qui est celle d’annoncer la bonne nouvelle du salut en Jésus Christ au monde. Comme nous aurons à le voir lors de la prochaine manne, c’est toute notre vie qui doit être un canal de proclamation de l’évangile. Le salut est un cadeau précieux que Dieu nous a accordé par Jésus Christ. Pourquoi le garder pour soi ? Avons-nous véritablement saisi à quel point c’est un privilège d’être chrétien ? Si oui pourquoi tarder à aligner nos vies pour propager cette lumière au monde ? C’est quand on le considère comme une « obligation forcée » qu’évangéliser représente un fardeau pesant. Mais quand on pense au privilège de faire partie de la famille et du projet éternel de Dieu, ce fardeau, nous le portons avec joie, car il s’agit du même fardeau qu’a notre Dieu pour le bien de ce monde. Il devient pour nous un « fardeau léger ».  Alors la peur peut s’en aller et on l’annoncera avec la joie et la puissance du Saint Esprit.

Que Dieu nous y aide !

Bénédictions

Armel S.


[1] Hébreux 12 :2

[2] Actes 18 :9-10

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article