Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In Christ Our Hope

Jugement divin sur l'église

Jugement divin sur l'église

Charles Spurgeon écrivait qu’au jour du jugement dernier les pécheurs seront  aussi coupables de ne pas avoir cru que les chrétiens de ne pas avoir prêché l’Evangile. Cette assertion mérite qu’on lui accorde toute la plus grande attention. Qu’est-ce que cela signifie d’être aussi coupables que ceux qui n’ont pas cru ? D’abord cela pourrait signifier qu’en ce jour, nous serons inexcusables ; mais cela pourrait signifier aussi que nous aurons la même destination que les pécheurs qui n’ont pas cru. Voilà les deux pensées qui se cachent derrière cette assertion. Celles-ci pourraient sembler inappropriées, mais l’objet de cette manne est de présenter sous un rideau leur fondement biblique et d’amener les saints à saisir leur responsabilité.

 

« Jésus leur répondit : N’est-il pas écrit dans votre loi : « Vous êtes des dieux ? » (Si) elle a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée et (si) l’écriture ne peut-être anéantie…. » Jean 10 : 34-35

Dans cet extrait de l’Evangile de Jean, Jésus dans sa discussion avec les pharisiens se réfère au Psaumes 82.  «  J’avais dit : « Vous êtes des dieux, vous êtes tous fils du Très-Haut, cependant, vous mourrez comme des hommes ; vous tomberez comme un prince quelconque. » Psaume 82 :6-7

 

Qui sont les dieux ? Qui sont les Fils du Très-Haut ? Selon  les propos du Christ, il s’agit des hommes : ceux à qui la parole de Dieu a été adressée, et qui ont reçu cette parole, et cru en elle. Le psaume 82 débute par la phrase suivante : « Dieu se tient dans l’assemblée de Dieu ». L’assemblée de Dieu est l’assemblée de ses fils : c’est l’Eglise.  Ceux que Dieu appelle Fils, c’est tous ceux à qui la parole a été adressée, qui l’ont reçue, et qui l’ont cru selon que l’apôtre Jean a écrit : « Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en Son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu. »  Le Psaume 82 dans ces versets 6 -7 met en évidence le tragique destin des dieux, des fils du Très-Haut : Ils meurent comme les hommes. Au Fils de Dieu est destiné le paradis, le ciel, la félicité pourtant, voilà le jugement que Dieu prononce à leur endroit : « J’avais dit vous êtes des dieux, vous êtes tous fils du Très-Haut, cependant, vous mourrez comme des hommes. » Ceux qui ne sont pas fils sont des hommes qui ont rejeté la grâce de Dieu, et ils destinés à l’enfer. Pourtant, le même sort semble être réservé aux fils de Dieu. Pourquoi ? La réponse se trouve dans le verset 2 de ce psaume : Nous avons égard à la personne des méchants. Avoir égard à une personne signifie considérer cette personne. La raison pour laquelle Dieu condamne les fils du Très-Haut, c’est parce qu’ils considèrent la méchanceté des méchants au détriment de la justice divine. Nous ne rendons pas la justice de Dieu c’est-à-dire prêcher la croix et le sang de Jésus-Christ, et nous ne sommes pas préoccupés à la rendre.  « Vraiment, est-ce en vous taisant que vous rendez la justice ? » nous interroge le psalmiste au psaume 58. Combien de ceux qui récitent Matthieu 6:331 le vivent vraiment ? Qu’est-ce que je fais au quotidien pour amener à l’existence la volonté de Dieu qui est inscrite dans les cieux ? Est-ce que je prêche l’Evangile ? Est-ce que je prends bien soin de me souvenir des pauvres comme Jacques, Jean et Pierre l’avaient recommandé à l’apôtre Paul? Comment est-ce que j’œuvre pour témoigner la lumière dans un monde englouti par les ténèbres ? Est-ce que je saisis pleinement les responsabilités de ma foi ?

 

Un homme de Dieu exhortait un jour les fidèles de son Eglise sur la parabole des talents et il leur a posé cette grande question : «  A la fin de la parabole des talents, le maître (le Seigneur Jésus) dit du serviteur méchant et paresseux, Jetez-le dehors là où il y aura des larmes et des grincements de dents. Croyez-vous frères, que ces « ténèbres du dehors » sont les mêmes que ceux qui sont destinés aux pécheurs ?  Pour ma part, je ne pense pas. Beaucoup de ceux qui sont dans la maison du maître pourraient connaître ce triste sort. »  Oui, des  fils du Très-Haut qui meurent comme les hommes par ce qu’ils se sont exclus de leur responsabilité. Le jugement divin sur l’Eglise n’est pas une condamnation mais un appel à chacun d’entre nous à saisir nos responsabilités ; de peur qu’au du jugement dernier nous ne soyons déclarés coupables.

 


 

1Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu et les autres choses vous seront données en plus.

Charles Spurgeon écrivait qu’au jour du jugement dernier les pécheurs seront  aussi coupables de ne pas avoir cru que les chrétiens de ne pas avoir prêché l’Evangile. Cette assertion mérite qu’on lui accorde toute la plus grande attention. Qu’est-ce que cela signifie d’être aussi coupables que ceux qui n’ont pas cru ? D’abord cela pourrait signifier qu’en ce jour, nous serons inexcusables ; mais cela pourrait signifier aussi que nous aurons la même destination que les pécheurs qui n’ont pas cru. Voilà les deux pensées qui se cachent derrière cette assertion. Celles-ci pourraient sembler inappropriées, mais l’objet de cette manne est de présenter sous un rideau leur fondement biblique et d’amener les saints à saisir leur responsabilité.

 

« Jésus leur répondit : N’est-il pas écrit dans votre loi : « Vous êtes des dieux ? » (Si) elle a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée et (si) l’écriture ne peut-être anéantie…. » Jean 10 : 34-35

Dans cet extrait de l’Evangile de Jean, Jésus dans sa discussion avec les pharisiens se réfère au Psaumes 82.  «  J’avais dit : « Vous êtes des dieux, vous êtes tous fils du Très-Haut, cependant, vous mourrez comme des hommes ; vous tomberez comme un prince quelconque. » Psaume 82 :6-7

 

Qui sont les dieux ? Qui sont les Fils du Très-Haut ? Selon  les propos du Christ, il s’agit des hommes : ceux à qui la parole de Dieu a été adressée, et qui ont reçu cette parole, et cru en elle. Le psaume 82 débute par la phrase suivante : « Dieu se tient dans l’assemblée de Dieu ». L’assemblée de Dieu est l’assemblée de ses fils : c’est l’Eglise.  Ceux que Dieu appelle Fils, c’est tous ceux à qui la parole a été adressée, qui l’ont reçue, et qui l’ont cru selon que l’apôtre Jean a écrit : « Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en Son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu. »  Le Psaume 82 dans ces versets 6 -7 met en évidence le tragique destin des dieux, des fils du Très-Haut : Ils meurent comme les hommes. Au Fils de Dieu est destiné le paradis, le ciel, la félicité pourtant, voilà le jugement que Dieu prononce à leur endroit : « J’avais dit vous êtes des dieux, vous êtes tous fils du Très-Haut, cependant, vous mourrez comme des hommes. » Ceux qui ne sont pas fils sont des hommes qui ont rejeté la grâce de Dieu, et ils destinés à l’enfer. Pourtant, le même sort semble être réservé aux fils de Dieu. Pourquoi ? La réponse se trouve dans le verset 2 de ce psaume : Nous avons égard à la personne des méchants. Avoir égard à une personne signifie considérer cette personne. La raison pour laquelle Dieu condamne les fils du Très-Haut, c’est parce qu’ils considèrent la méchanceté des méchants au détriment de la justice divine. Nous ne rendons pas la justice de Dieu c’est-à-dire prêcher la croix et le sang de Jésus-Christ, et nous ne sommes pas préoccupés à la rendre.  « Vraiment, est-ce en vous taisant que vous rendez la justice ? » nous interroge le psalmiste au psaume 58. Combien de ceux qui récitent Matthieu 6:331 le vivent vraiment ? Qu’est-ce que je fais au quotidien pour amener à l’existence la volonté de Dieu qui est inscrite dans les cieux ? Est-ce que je prêche l’Evangile ? Est-ce que je prends bien soin de me souvenir des pauvres comme Jacques, Jean et Pierre l’avaient recommandé à l’apôtre Paul? Comment est-ce que j’œuvre pour témoigner la lumière dans un monde englouti par les ténèbres ? Est-ce que je saisis pleinement les responsabilités de ma foi ?

 

Un homme de Dieu exhortait un jour les fidèles de son Eglise sur la parabole des talents et il leur a posé cette grande question : «  A la fin de la parabole des talents, le maître (le Seigneur Jésus) dit du serviteur méchant et paresseux, Jetez-le dehors là où il y aura des larmes et des grincements de dents. Croyez-vous frères, que ces « ténèbres du dehors » sont les mêmes que ceux qui sont destinés aux pécheurs ?  Pour ma part, je ne pense pas. Beaucoup de ceux qui sont dans la maison du maître pourraient connaître ce triste sort. »  Oui, des  fils du Très-Haut qui meurent comme les hommes par ce qu’ils se sont exclus de leur responsabilité. Le jugement divin sur l’Eglise n’est pas une condamnation mais un appel à chacun d’entre nous à saisir nos responsabilités ; de peur qu’au du jugement dernier nous ne soyons déclarés coupables.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article