Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In Christ Our Hope

La réalité du combat spirituel dans la prière

La réalité du combat spirituel dans la prière

« Le Philistin dit à David : Suis-je un chien, pour que tu viennes à moi avec des bâtons ? Et, après l'avoir maudit par ses dieux » 1 Samuel 17 : 43.

Nous connaissons tous ou pour la plupart l’histoire du combat entre David et Goliath. En lisant la description que la Bible nous donne au sujet des deux parties, cela nous permet de nous représenter la scène. Du verset 4 au verset 7 de ce chapitre 17, nous avons les informations sur Goliath. Ce philistin était un homme fort, habitué au combat, un homme de guerre, tellement puissant qu’il fallait même une personne pour porter ses armes. En face de lui se trouvait David, jeune homme blond et de belle figure (Verset 42). Goliath reconnaissait sa force et en était conscient mais au-delà de cette force naturelle, cet homme, ce géant, savait que les combats avant d’être physiques étaient d’abord spirituels. Goliath avait compris que la victoire se remporte d’abord dans le domaine spirituel et ce n’est qu’ensuite que l’on a sa manifestation physique.

Quand Goliath se présente devant David, tout porte à croire que le combat qu’il va livrer est l’un des plus évident. Même pour les spectateurs, le vainqueur semble être connu d’avance. Malgré toutes ces évidences, Goliath ne perdra point de vue sa stratégie. L’aspect  spirituel du combat reste sa priorité et c’est en cela que l’ont peut dire qu’il était vraiment en homme de guerre. Nous lisons : « Après l’avoir maudit par ses dieux », précision très souvent négligée mais ô combien importante !  Ce n’est qu’après avoir proclamé victoire dans sa sphère spirituelle que Goliath se lance pour le combat. La Bible ne nous le dit pas, mais si Goliath l’a fait devant le « petit » David, il ne manquait surement pas de faire la même chose pour les combats qu’il avait remportés auparavant.


Une stratégie est importante.

L’échec du peu des croyants qui ont voulu faire un pas à l’école du combat spirituel est dû au manque de stratégie. De même que tout combat physique demande une stratégie, le combat spirituel ne se dérobe pas à cette règle. David a eu besoin de prendre des pierres pour le combat contre Goliath. Le peuple d’Israël devant Jéricho a dû faire le tour de la ville à plusieurs reprises, Daniel lui a pris un jeûne partiel de 21 jours. Un croyant doit pouvoir prendre le temps d’écouter Dieu sur la stratégie à suivre pour remporter le combat. Le tout n’est pas de dire qu’il faut prier, mais de demander comment est-ce qu’il faut prier pour terrasser l’adversaire. La richesse et la difficulté du combat spirituel est le fait qu’il n’y a pas de méthode « passe-partout ». Les disciples de Jésus avaient l’habitude de proclamer la guérison au nom de Jésus mais, un jour cela n’a pas suffi parce qu’ils avaient besoin de recourir au jeûne et à la prière spécialement pour ce type de démon (Matthieu 17: 21).

Le croyant doit prendre du temps pour demander à Dieu la stratégie pour le combat qu’il a en face de lui. Pour être efficace, il faut avoir de quoi noter ce que le Seigneur vous dira : éviter de compter sur votre mémoire. Un jour je priais pour un sujet urgent tout en écoutant Dieu et Il m’a demandé de lever les mains et de marcher dans ma chambre. Je pouvais passer pour un fou et en plus de ça il y a des douleurs mais c’était la stratégie de Dieu. Elie pour faire descendre la pluie après 3 ans a dû prendre utiliser une stratégie particulière. « Achab monta pour manger et pour boire. Mais Élie monta au sommet du Carmel; se pencher face contre terre et placer sa face entre ses genoux » 1 Rois 18 : 42. Si une simple proclamation avait suffi pour fermer le ciel, elle semblait insuffisante pour le rouvrir. La position d’Elie est très inconfortable pour prier, vous devez être prêt à payer le prix.

 

 Il est très souvent important de connaitre la stratégie de l’ennemi pour bien le combattre mais cela n’est pas indispensable. Paul disant « Afin de ne pas laisser à Satan l'avantage sur nous, car nous n'ignorons pas ses desseins » 2 Corinthiens 2 : 11 , nous montre qu’il est souvent important d’avoir connaissance de la stratégie du diable dans le combat.  Et celle-ci nous est donnée, une fois de plus, dans la prière ! 

« Le Philistin dit à David : Suis-je un chien, pour que tu viennes à moi avec des bâtons ? Et, après l'avoir maudit par ses dieux » 1 Samuel 17 : 43.

Nous connaissons tous ou pour la plupart l’histoire du combat entre David et Goliath. En lisant la description que la Bible nous donne au sujet des deux parties, cela nous permet de nous représenter la scène. Du verset 4 au verset 7 de ce chapitre 17, nous avons les informations sur Goliath. Ce philistin était un homme fort, habitué au combat, un homme de guerre, tellement puissant qu’il fallait même une personne pour porter ses armes. En face de lui se trouvait David, jeune homme blond et de belle figure (Verset 42). Goliath reconnaissait sa force et en était conscient mais au-delà de cette force naturelle, cet homme, ce géant, savait que les combats avant d’être physiques étaient d’abord spirituels. Goliath avait compris que la victoire se remporte d’abord dans le domaine spirituel et ce n’est qu’ensuite que l’on a sa manifestation physique.

Quand Goliath se présente devant David, tout porte à croire que le combat qu’il va livrer est l’un des plus évident. Même pour les spectateurs, le vainqueur semble être connu d’avance. Malgré toutes ces évidences, Goliath ne perdra point de vue sa stratégie. L’aspect  spirituel du combat reste sa priorité et c’est en cela que l’ont peut dire qu’il était vraiment en homme de guerre. Nous lisons : « Après l’avoir maudit par ses dieux », précision très souvent négligée mais ô combien importante !  Ce n’est qu’après avoir proclamé victoire dans sa sphère spirituelle que Goliath se lance pour le combat. La Bible ne nous le dit pas, mais si Goliath l’a fait devant le « petit » David, il ne manquait surement pas de faire la même chose pour les combats qu’il avait remportés auparavant.

Une stratégie est importante.

L’échec du peu des croyants qui ont voulu faire un pas à l’école du combat spirituel est dû au manque de stratégie. De même que tout combat physique demande une stratégie, le combat spirituel ne se dérobe pas à cette règle. David a eu besoin de prendre des pierres pour le combat contre Goliath. Le peuple d’Israël devant Jéricho a dû faire le tour de la ville à plusieurs reprises, Daniel lui a pris un jeûne partiel de 21 jours. Un croyant doit pouvoir prendre le temps d’écouter Dieu sur la stratégie à suivre pour remporter le combat. Le tout n’est pas de dire qu’il faut prier, mais de demander comment est-ce qu’il faut prier pour terrasser l’adversaire. La richesse et la difficulté du combat spirituel est le fait qu’il n’y a pas de méthode « passe-partout ». Les disciples de Jésus avaient l’habitude de proclamer la guérison au nom de Jésus mais, un jour cela n’a pas suffi parce qu’ils avaient besoin de recourir au jeûne et à la prière spécialement pour ce type de démon (Matthieu 17: 21).

Le croyant doit prendre du temps pour demander à Dieu la stratégie pour le combat qu’il a en face de lui. Pour être efficace, il faut avoir de quoi noter ce que le Seigneur vous dira : éviter de compter sur votre mémoire. Un jour je priais pour un sujet urgent tout en écoutant Dieu et Il m’a demandé de lever les mains et de marcher dans ma chambre. Je pouvais passer pour un fou et en plus de ça il y a des douleurs mais c’était la stratégie de Dieu. Elie pour faire descendre la pluie après 3 ans a dû prendre utiliser une stratégie particulière. « Achab monta pour manger et pour boire. Mais Élie monta au sommet du Carmel; se pencher face contre terre et placer sa face entre ses genoux » 1 Rois 18 : 42. Si une simple proclamation avait suffi pour fermer le ciel, elle semblait insuffisante pour le rouvrir. La position d’Elie est très inconfortable pour prier, vous devez être prêt à payer le prix.

Il est très souvent important de connaitre la stratégie de l’ennemi pour bien le combattre mais cela n’est pas indispensable. Paul disant « Afin de ne pas laisser à Satan l'avantage sur nous, car nous n'ignorons pas ses desseins » 2 Corinthiens 2 : 11 , nous montre qu’il est souvent important d’avoir connaissance de la stratégie du diable dans le combat.  Et celle-ci nous est donnée, une fois de plus, dans la prière !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article